De Versus XIII à FFXV, troisième partie : une séparation et des concessions

de-versus-a-ffxv

C’est peu dire que Final Fantasy XV a connu une genèse difficile. Le projet, annoncé en 2006 sous le nom désormais abandonné de Final Fantasy Versus XIII, resta pendant dix ans en toile de fond de Square Enix, victime de ses propres crises et des crises qui l’entouraient, alors que l’éditeur faisait face à ses plus graves difficultés technologiques depuis sa fondation. La sortie de FFXV met un terme à des problèmes ouverts il y a plus d’une décennie.

Que s’est-il réellement passé ? Pourquoi le jeu a-t-il mis si longtemps à se concrétiser ? Certains voudraient donner des raisons simples et sans recul. Mais c’est en réalité une histoire longue et compliquée, dont les racines remontent très loin. Dans cet article, qui sera publié en plusieurs parties du fait de la densité du sujet, je vous propose de remonter le fil des événements qui ont fait de ce jeu le plus maudit de l’histoire de Square Enix.

Retrouvez la première partie ce dossier en cliquant ici et la deuxième en cliquant ici.

 

11. Incommunicabilité

Après l’avoir occupé pendant plus de sept ans, Tetsuya Nomura fut retiré de son poste de réalisateur de Final Fantasy XV en décembre 2013 à la suite d’une décision de sa hiérarchie contre laquelle il ne pouvait pas grand-chose. Pour le PDG Yôsuke Matsuda qui était en train de redistribuer toutes ses équipes dans les nouvelles divisions qu’il venait de fonder, le célèbre créateur avait déjà rempli son rôle sur le jeu, en imaginant notamment son univers et sa direction générale, et en dessinant ses personnages principaux. Il était désormais temps de le replacer sur des projets qui, toujours selon Matsuda, avaient encore plus besoin de ses idées. Non seulement parce qu’ils étaient encore dans les premières étapes de leur développement, mais aussi parce que le nom de Nomura était irrémédiablement liés à eux.
Le premier d’entre eux était bien sûr Kingdom Hearts III, le troisième épisode tant attendu de la série qu’il avait lui-même créée. Le jeu devait à ce moment-là amorcer bien malgré lui une transition vers le moteur Unreal Engine 4, mais son développement n’en était de toute façon qu’à ses balbutiements. Le second était un chantier tout aussi majeur, si ce n’est plus encore : en 2013, l’idée persistante d’un remake de Final Fantasy VII finit par aboutir, et la préproduction fut lancée. D’après une anecdote désormais bien connue, Nomura ignorait au départ que le producteur Yoshinori Kitase l’avait nommé réalisateur de l’ambitieux projet, et il n’avait découvert ses nouvelles fonctions qu’en regardant par hasard une vidéo de présentation interne. Cela lui faisait donc un troisième jeu triple A à « réaliser », une omniprésence qui faisait que Square Enix avait sans doute d’autant moins de scrupules à le détacher de l’un de ces projets ; et puisqu’il fallait choisir, ce fut le plus avancé d’entre eux. D’autant plus que Final Fantasy XV était déjà depuis plus d’un an entre les mains d’un coréalisateur proactif.

Jusqu’à l’incident FFXV, Tetsuya Nomura et Hajime Tabata avaient travaillé ensemble sur de nombreux projets, et ce dès l’arrivée du second chez Square Enix, avec Before Crisis: Final Fantasy VII (2004). Les créateurs étaient deux des cerveaux du projet Fabula Nova Crystallis (aux côtés notamment de Yoshinori Kitase et Motomu Toriyama), si bien que Nomura participa à la conception d’Agito XIII, devenu Type-0. Leur alliance sur Final Fantasy XV semblait donc providentielle, mais la situation chez Square Enix allait en décider autrement.

Mais il s’agit là uniquement de l’explication officielle, aux airs naturellement arrangeants pour chaque partie. La transition entre Nomura et Tabata est en réalité le sujet le plus tabou de l’histoire de FFXV. Une vraie chape de plomb pèse sur les circonstances exactes de la passation de pouvoir. Lorsque le nouveau réalisateur entama la campagne promotionnelle de la version définitive du jeu, chaque journaliste tentant d’aborder ce point était convié par les attachés de presse de Square Enix à passer à la question suivante ; quand ils n’étaient pas de toute façon invités au préalable à éviter totalement d’en parler. Interrogé par un fan déjouant le dispositif lors d’une rencontre organisée en marge du Tokyo Game Show, en septembre 2016, Hajime Tabata fut contraint d’admettre qu’il s’agissait d’une décision hiérarchique totalement dénuée de considérations personnelles. Un constat froid, signifiant à demi-mot que le départ de Nomura avait certainement été brutal et pénible.

Chez Square Enix, depuis la seconde moitié de la décennie 2000 environ, Tetsuya Nomura est associé à un certain nombre de titres en tant que « producteur créatif ». Cet intitulé un peu vague signifie simplement qu’il soumet des idées aux développeurs et assure une supervision artistique du projet, mais sans y participer activement pour autant ; comme toujours, l’homme vit dans sa bulle, et rares sont les personnes à pouvoir le croiser ou discuter directement avec lui. Il était notamment crédité à ce poste dans Final Fantasy Type-0, aux côtés du réalisateur Tabata. Il aurait très bien pu conserver un tel rôle de supervision dans FFXV, mais il n’en fut rien : après son départ, il n’eut plus un seul contact, pas même consultatif, avec l’équipe de développement du jeu. C’est que le caractère explosif de Nomura était difficilement compatible avec un retrait pacifique du projet, d’autant plus que celui-ci lui tenait à cœur depuis des années et avait toutes les chances de constituer un couronnement dans sa carrière.
Certains imaginèrent que l’affront de la perte de FFXV encouragerait le créateur à quitter Square Enix, mais c’était ignorer le fait qu’il est peu indépendant et se satisfait de pouvoir travailler dans le cocon d’un employeur, aux décisions duquel il se plie. Se nourrit-il même de ces frustrations ? Dans la préface du livre Kingdom Hearts Memorial Ultimania, publié quelques jours à peine après l’annonce de son retrait de FFXV en septembre 2014, Nomura se décrivait comme « un individu du côté obscur », qui insuffle dans son travail « la colère qui brûle dans [son] cœur ». Encore quelques jours plus tard, l’homme expliquait à un journaliste de Famitsu que la liste de ses projets en cours était si longue qu’il serait occupé jusqu’en 2019 au moins, comme pour affirmer qu’il ne comptait certainement pas se laisser abattre. Le remake de Final Fantasy VII était de toute façon d’ores et déjà en chantier, et Nomura était comme souvent sous la protection de Yoshinori Kitase et Shinji Hashimoto. La petite cour formée autour du créateur lui garantit une forme de sécurité, tout comme elle le coupe certainement des préoccupations des développeurs chargés du travail concret au quotidien. Pour ces derniers, le « côté obscur » se manifeste le plus souvent par des refus cinglants venus d’en haut. Tout visionnaire de talent qu’il est, Nomura a un caractère difficile qui est incompatible avec le travail de groupe, particulièrement s’il devient indispensable de renouveler les méthodes de travail d’une équipe au grand complet pour éviter les développements qui s’éternisent. Son souci de perfectionnisme est une arme à double tranchant.

Tetsuya Nomura n’aura pas goûté longtemps au plaisir (si c’en est un) de parler en tant que « réalisateur de Final Fantasy XV », mais quand bien même c’était encore le cas, il était une ombre plus qu’autre chose. En dehors de sa venue totalement inattendue à Japan Expo, en juillet 2013, il n’apparaîtra jamais en personne : il était absent de la conférence de presse de l’E3 où le jeu fut redévoilé, préférant enregistrer un message dans la boutique officielle ARTNIA de Square Enix, fit un entretien sans grande conviction sur la chaîne Square Enix Presents, puis daigna apparaître dans une interview en vidéo de Sony destinée à faire la promotion des futurs grosses productions sur PlayStation 4.

En réalité, la rage d’une seule personne ne suffit pas à créer un jeu vidéo, et encore moins plusieurs. Tetsuya Nomura restait accroché à l’idée que Final Fantasy XV serait le premier volet d’une trilogie nommée « l’épopée Versus », ce qui était évidemment bien plus ambitieux qu’un seul et unique jeu, non seulement en termes d’engagement sur la durée, mais aussi de budget à déployer : avec une telle intention, l’éditeur devait ainsi prévoir très à l’avance un investissement non pas pour un seul, mais bien pour trois jeux de grande ampleur, en espérant d’emblée que le premier serait un succès. La situation chez Square Enix à cette époque n’était sans doute pas des plus favorables à une telle entreprise, alors que la trilogie FFXIII était en train de s’achever dans l’épuisement général, chaque nouvel épisode (indépendamment de ses qualités) se vendant encore moins que le précédent, et que le traumatisme de l’échec de FFXIV venait à peine d’être résorbé par le lancement réussi de sa refonte A Realm Reborn. Ces difficultés avaient fini par dégrader l’image de Final Fantasy auprès du grand public, avec pour effet notoire une frilosité des départements commerciaux de Square Enix quant à l’avenir de la série.

Le départ contraint du PDG Yôichi Wada, en juin 2013, représentait de plus un bien mauvais signe pour Nomura qui avait pu compter jusque-là sur une certaine forme de bienveillance de sa part. Quelques jours seulement après l’annonce de la non reconduction de Wada, un ancien programmeur de Square Enix se manifesta en écrivant un message de blog anonyme dans lequel il expliquait que le PDG sortant, bien loin de l’image sévère imaginée par beaucoup, était en réalité un dirigeant passionné par la création de jeux vidéo et que son principal tort avait été de placer une trop grande confiance dans ses développeurs. Ainsi, constatait l’ancien employé, des situations qui auraient été jugées insoutenables par d’autres, et qui auraient entraîné l’annulation de certains jeux majeurs et le licenciement de certains chefs de projet, avaient été entretenues par Wada contre toute logique. Tout en se gardant de cibler des personnes ou des jeux en particulier, le message de l’ancien employé était très clair : « En faisant trop confiance à des gens qui ne le méritaient pas, cela a compliqué les relations humaines au sein de la société, rendant la gestion des projets difficile. »
Certes, quelqu’un de moins patient ou tolérant que Wada aurait sans doute fini par annuler purement et simplement Versus XIII en constatant qu’il n’allait nulle part. Semble-t-il convaincu par le potentiel du projet, il n’avait pourtant jamais cessé de le défendre personnellement, y compris dans les périodes où le silence des créateurs était le plus pesant. Alors que le site américain Kotaku relayait, en juillet 2012, la rumeur de l’annulation pure et simple de Versus, Wada s’empressa d’écrire un tweet sur son compte pourtant inactif depuis plus de six mois afin de démentir l’information, en précisant qu’il venait de sortir d’une réunion de présentation du jeu et en ajoutant : « Si vous aviez vu la ville montrée aujourd’hui, vous seriez tombés à la renverse ! » La rumeur d’annulation n’était en réalité pas totalement fausse car elle correspondait au moment de l’arrêt effectif de la version PS3. Yôichi Wada avait pourtant bel et bien dû faire des sacrifices (évoqués dans un précédent chapitre), mais ceux-ci étaient destinés à ressusciter FFXIV au lieu de l’abandonner purement et simplement, et à conserver Versus à flot en le transformant en FFXV.

Lors de la cérémonie d’ouverture de l’exposition célébrant les 25 ans de Final Fantasy, le 31 août 2012 à l’espace Shibuya Hikarie, Yôichi Wada fit un discours dans lequel il rappela l’importance capitale de la série pour lui. Ainsi annonça-t-il, non sans un rire gêné : « Même si nous ne donnons pas de nouvelles, Final Fantasy Versus XIII est bel et bien en développement. » Il l’était d’autant plus que la transition vers la nouvelle génération de consoles venait tout juste de commencer, mais Wada ne pouvait évidemment pas encore le dire. L’ombre de Versus (et de Nomura) ne cessera de planer sur les trois jours de l’exposition.

En prenant la succession de Wada, Yôsuke Matsuda, qui avait été pendant plusieurs années directeur financier de Square Enix, se trouvait ainsi face à un grand chantier de restructuration principalement imposé par les mutations du marché international du jeu vidéo. Lors de sa première prise de parole en tant que futur nouveau PDG à une réunion d’actionnaires en mai 2013, Matsuda expliqua qu’un profond changement de mentalité quant au développement des jeux dits « AAA » était nécessaire, afin d’abandonner l’idée selon laquelle ils devaient être des monuments inflexibles entraînant de longues années de conception dans le plus grand secret, et ne pouvant être rentabilisés que d’un seul coup au moment de leur sortie. La somme des technologies et des ressources nécessaires à leur développement n’avait, qui plus est, pas cessé de croître au fil des années. Si les considérations de Matsuda étaient principalement financières, il souligna tout de même qu’il était devenu inconcevable de laisser les joueurs dans le flou pendant des années entières avant la sortie d’un jeu ; une référence à peine dissimulée à la culture du secret qui prédominait jusque-là chez Square Enix, et dont la meilleure illustration était évidemment Final Fantasy Versus XIII. Ainsi tourna-t-il la page de l’ère Wada, en annonçant à mots déguisés son souhait de mettre un frein aux développements interminables et aux projets-fleuve, en tout cas dans l’immédiat.
Pour autant, Matsuda n’était pas opposé à la présence de triple A majeurs dans son catalogue, principalement pour des raisons d’attractivité parce qu’ils constituent une vitrine technologique évidente ; il avait à ce titre toutes les raisons d’être fier de lever le voile sur Final Fantasy XV et Kingdom Hearts III lors de son tout premier E3 en tant que PDG. Mais fort de son constat sur les développements interminables, était-il prêt à laisser sa société investir dans le projet d’une trilogie FFXV que Tetsuya Nomura exigeait avec entêtement, quand le jeu se faisait désirer depuis bien trop longtemps déjà et qu’il portait sur ses épaules la difficile mission de redonner à Final Fantasy une véritable carrure après plusieurs épisodes fraîchement accueillis ? Les visions, clairement, étaient incompatibles. Alors que l’idée d’une épopée en plusieurs parties fut évoquée publiquement pendant l’E3 de juin 2013, les mois qui suivirent marquèrent une reprise en main de cette ambition par Matsuda. Pour le PDG, ce serait un seul et unique jeu, et si Nomura ne voulait pas le faire, quelqu’un d’autre s’en chargerait à sa place.

Ce quelqu’un d’autre était évidemment Hajime Tabata, personnalité providentielle puisque coréalisateur déjà entièrement impliqué dans le projet depuis juillet 2012. N’ayant pas vécu les précédents états du projet, il s’était principalement concentré sur l’optimisation du processus de développement en étant au jour le jour auprès des membres de l’équipe ; mais un tel effort semblait vain si le véritable réalisateur, isolé au sommet de sa montagne, défendait sa vision avec un acharnement tel qu’il refusait de faire les concessions nécessaires pour assurer la survie de son projet, et était même prêt à tenir tête à son PDG pour cela. Il est difficile de savoir si Tabata a utilisé cette situation de façon opportuniste pour prendre sa place, tant il pouvait lui-même se douter que le chantier, avec ou sans Nomura, serait une pénible entreprise. De plus, lorsqu’il avait rejoint le projet, il n’était pas encore question de tels bouleversements. Pour autant, le rôle de « tête pensante du prochain Final Fantasy numéroté » était juteux à plus d’un titre, et avait déjà entraîné une miniguerre de pouvoir après le départ de Hironobu Sakaguchi de Square, au début des années 2000.
Toujours est-il que lorsque Tabata put enfin se présenter publiquement en tant que réalisateur, la presse l’interrogea naturellement sur l’idée de l’épopée évoquée un an plus tôt par son prédécesseur. Tout logiquement, il annonça sans ambiguïté que Final Fantasy XV était désormais voué à être un épisode unique ; ou, en tout cas, que tout développement futur éventuel ne serait pas de sa responsabilité. La page de l’épopée était tournée.

Yôsuke Matsuda se présenta pour la première fois en tant que nouveau PDG devant la presse internationale le 11 juin 2013, à l’E3, lors d’une conférence sobrement intitulée « Square Enix: The Future ». S’excusant pour les inquiétudes ayant pu se manifester à la suite du changement de dirigeant, il annonça que les séries Final Fantasy et Kingdom Hearts resteraient des piliers inflexibles de sa société. Il pouvait compter sur l’annonce de FFXV et KHIII pour le démontrer, et ce même si les deux projets n’allaient pas voir le jour avant plusieurs années.

Bien qu’acté en décembre 2013 avec la restructuration de Square Enix, le départ de Tetsuya Nomura ne fut pas annoncé publiquement avant septembre 2014, au Tokyo Game Show, lorsque le jeu fit enfin son grand retour public. La direction pouvait se douter que ce changement de réalisateur aurait un impact négatif auprès des fans et trahirait de nouvelles difficultés, d’autant plus que le jeu avait de nouveau disparu de la circulation depuis les grandes annonces de l’E3 2013 et que l’absence de mentions du projet, notamment dans la bouche de Nomura, était un motif d’inquiétude compréhensible. Dans sa toute dernière déclaration en tant que réalisateur du jeu, fin décembre 2013 dans le magazine Famitsu, il se contentait de dire que le développement était en train d’être centralisé, en référence sans doute à l’intégration successive du département de technologie et de l’équipe de Nozue, et invitait une nouvelle fois les joueurs à la plus grande patience. À la suite de l’annonce de son départ, lorsque Famitsu aborda le sujet avec lui lors d’une interview consacrée à Kingdom Hearts, Nomura se contenta de dire qu’il s’agissait d’une décision de ses supérieurs et qu’il ne ferait pas d’autre commentaire. Ce fut sa dernière déclaration sur le sujet. Parallèlement, la tension allait être plus forte encore pour Tabata, qui allait devoir prouver sa légitimité auprès des joueurs. Ainsi, pour atténuer au mieux l’annonce du départ de Nomura, Square Enix misa sur l’effet de la révélation d’une démo jouable, promesse on ne peut plus claire que le jeu était enfin sur les rails.

 

12. Une nouvelle philosophie

En décembre 2013, lorsque Hajime Tabata prit officiellement la tête de FFXV, et par la même de la Business Division 2 nouvellement formée, les choses changèrent radicalement. La direction de Square Enix n’avait plus du tout envie de naviguer à vue et voulait désormais du concret, ainsi elle donna à Tabata un budget clairement défini et lui demanda de fixer une date de sortie, en lui laissant le loisir de composer lui-même son équipe et de définir le cadre du projet pour y parvenir. Immédiatement, le nouveau réalisateur examina l’intégralité du travail effectué au cours des dix mois précédents, lors de la phase de préproduction et de la création du prototype, afin de déterminer la date de sortie qui lui semblait envisageable d’honorer à partir des données humaines et budgétaires qui étaient à sa disposition. Son choix se porta sur le mois de septembre 2016, ce qu’il s’empressa d’annoncer devant ses collaborateurs. Pour eux, c’était ainsi le début d’un compte à rebours d’environ deux ans et demi, mais leur nouveau chef d’équipe leur fit d’emblée comprendre que cet objectif n’était pas négociable. C’était la première fois qu’une date de lancement claire était déterminée, et il n’était désormais plus question de tergiverser.
Le sentiment d’urgence était d’autant plus palpable que le jeu était encore loin de prendre corps. Certes, déjà en tant que coréalisateur, et avec l’aide de collaborateurs tels que Takeshi Nozue, Tabata avait posé les bases d’une révolution technologique qui était nécessaire pour que FFXV devienne un titre de nouvelle génération parfaitement accompli. Mais comme l’avait prouvé l’épisode des discussions autour du monde ouvert, cela ne suffisait pas, car il y avait aussi un problème d’état d’esprit. Pour passer à la vitesse supérieure, il était convaincu qu’un changement radical de méthodes de travail était également nécessaire.

La nouvelle équipe de Final Fantasy XV fut formée à peu près le moment où Square Enix déménagea dans un nouveau bâtiment de l’est du quartier tokyoïte de Shinjuku, en 2012. Les différents départements de production de l’éditeur s’installèrent alors dans de nouveaux « open spaces ». À ce moment-là, alors que le projet débutait à peine, l’équipe de développement de FFXV ne comptait encore qu’une cinquantaine de personnes.

Final Fantasy XV n’était pas le premier épisode à voir le jour sur des consoles capables d’afficher des graphismes en haute définition. C’était déjà le cas de FFXIII et XIV, et les deux avaient précisément connu des difficultés. L’échec de la première version de FFXIV pesait effectivement encore gravement sur Square Enix quand Tabata commença à travailler sur le quinzième épisode en tant que coréalisateur, mais Naoki Yoshida avait déjà repris en main la situation et les choses étaient en bonne voie. Il s’agissait qui plus est d’un MMORPG, qui disposait de ses propres spécificités. À la tête de son propre FF numéroté, Tabata décida en réalité d’étudier principalement le précédent épisode « traditionnel », autrement dit hors ligne.
Le réalisateur de FFXIII Motomu Toriyama lui-même avait déjà documenté les erreurs commises lors du développement de son jeu et, dans une démarche de transparence qui était déjà étonnante de la part de Square Enix, il avait même reproduit sa réflexion publiquement dans une « autopsie » publiée en octobre 2010 dans le magazine américain spécialisé Game Developer. Sa conclusion était alors claire : le développement de FFXIII avait certes été entravé par la disponibilité tardive du moteur Crystal Tools, mais une fois la technologie mise en place, c’était bel et bien le manque de communication au sein de l’équipe qui avait posé les plus gros problèmes. En cherchant à prolonger l’organisation des équipes de l’époque des deux premières PlayStation, qui voulait qu’à chaque poste se trouve un développeur extrêmement spécialisé, Toriyama avait finalement constaté que cela l’obligeait à gonfler de plus en plus les effectifs à cause des immenses besoins technologiques, mais que cet excès de spécialisation n’encourageait pas les créateurs de différents départements à communiquer entre eux. L’organisation hiérarchique typiquement japonaise ne les aidait d’ailleurs guère à cela. Cette situation provoquait régulièrement des incohérences et du travail perdu à cause d’incompréhensions entre deux départements. Alors que FFXV devait à son tour se concrétiser, Hajime Tabata comprit qu’il lui serait impossible d’y parvenir si son équipe s’enfonçait dans les mêmes travers.

Avec l’accueil contrasté reçu par Final Fantasy XIII, son réalisateur Motomu Toriyama n’hésita pas à revenir publiquement sur les difficultés ayant jalonné le développement du jeu, puis d’ailleurs à expliquer en quoi les choses changèrent pour FFXIII-2 et Lightning Returns (par exemple ici à la GDC de Taipei en 2012). Ce faisant, il donnait non seulement l’occasion de mieux comprendre les ambitions de FFXIII, mais il permettait aussi à ses successeurs de trouver les leçons à tirer pour réussir la création d’un Final Fantasy de nouvelle génération.

Lorsque Tabata prit ses fonctions de réalisateur, l’heure était donc à la restructuration avant tout. S’inspirant des méthodes des développeurs occidentaux de jeux AAA, il s’engagea dans une remise à plat intégrale de son équipe, destinée à abattre les rapports hiérarchiques qui étaient en place depuis toujours et à donner plus de liberté et d’esprit d’initiative aux personnes. Mais comme il devait avoir la certitude que son nouveau mode de fonctionnement dispose des meilleures chances de succès, il donna le choix à tous les membres présents à ce moment-là : pour continuer, ils devaient approuver ses nouvelles règles, sinon ils devaient partir dans un autre département de Square Enix. Stricte et radicale, cette méthode ne fut pas accueillie très chaleureusement, y compris par ceux qui avaient décidé de rester malgré tout dans la Business Division 2, et pour cause : une réinitialisation de la hiérarchie signifiait que ceux qui étaient jusque-là des chefs d’équipe se retrouvaient soudainement au même niveau que leurs précédents subordonnés et avaient le sentiment irrémédiable d’avoir été rétrogradés. Par expérience, Tabata pensait pourtant que bousculer les conventions et brasser le personnel était une méthode efficace. Dans le cas de FFXV, son choix était avant tout motivé par l’envie de forcer les développeurs à se ressaisir au lieu de se reposer sur leurs lauriers, car il voulait les convaincre que Final Fantasy n’était plus du tout en position de force. Pour lui, l’un des freins à l’entrée (ou plutôt, au retour) de la série dans le cercle fermé des AAA internationaux venait de la structure trop rigide des équipes de développement, la relique de l’époque de la PlayStation 2 qui avait déjà entravé FFXIII avant cela, et qui empêchait l’optimisation de la chaîne de production. Le problème ne venait pas tant des développeurs que de leur organisation.

Final Fantasy XV était le premier jeu sur consoles de salon de Hajime Tabata chez Square Enix. Pour autant, les jeux pour console portable sur lesquels il avait travaillé étaient loin d’être mineurs : Crisis Core: Final Fantasy VII, The 3rd Birthday et Final Fantasy Type-0 étaient tous des œuvres ambitieuses, qui lui avaient permis de mettre en place une organisation du travail plus spontanée, facilitée par la taille réduite des équipes de développement. Mais l’ampleur de FFXV allait forcément mettre à l’épreuve cette méthode.

Plutôt qu’un réalisateur omnipotent, Hajime Tabata se mua ainsi en chef d’équipe : alors que de très nombreuses personnes travaillaient déjà sur Final Fantasy XV, il décida de les interroger une par une afin de déterminer leurs principales qualités et leurs domaines de spécialité, et de savoir ce qu’ils souhaitaient accomplir en participant au développement de ce jeu. En se basant sur les forces et les faiblesses de chacun des créateurs, Tabata réorganisa ainsi les équipes en différents départements de telle sorte que les talents compatibles puissent être associés, ou que les faiblesses des uns soient compensées par les forces des autres. Le but de la manœuvre n’était d’ailleurs pas de créer une organisation figée, puisque le réalisateur se réserva d’emblée le choix de déplacer les personnes au fil du temps selon les étapes du développement. À partir de ce moment-là, le processus de conception de FFXV fut transformé pour prendre la forme d’une série d’« ateliers » regroupant de petits groupes de développeurs se consacrant à une tâche très précise, pendant une durée d’environ deux mois en moyenne. Conformément au principe de la remise à plat totale de la hiérarchie, un développeur qui était chef dans un premier atelier pouvait tout à fait se retrouver simple membre dans l’atelier suivant. Pour Tabata, cette façon de faire permettait aux membres de l’équipe de changer d’air régulièrement et de rester motivés sur la durée.
Grande tradition de tous les développeurs japonais, les réunions quotidiennes furent réduites le plus possible afin d’éviter les pertes de temps. Le réalisateur encouragea plutôt les discussions spontanées directement au sein de l’open space, et conseilla même à tous les développeurs de venir le voir en personne en cas de conflits ou de difficultés, afin de les régler immédiatement au lieu de les laisser courir plusieurs jours ou semaines durant. Cette façon de faire était en décalage complet avec celle traditionnellement en place dans les entreprises japonaises. Mais une fois encore, ses méthodes pouvaient se révéler assez dures : s’il jugeait que le conflit n’était rien de plus que la petite râlerie momentanée d’une seule personne, il forçait cette dernière à avaler des couleuvres, et n’acceptait de discuter que s’il s’agissait d’un problème important. Si jamais il se trouvait qu’un atelier ne fonctionnait pas bien, Tabata n’hésitait pas non plus à le dissoudre immédiatement. Afin de gérer au jour le jour les changements au sein de l’équipe, il pouvait compter sur son collègue Yasuaki Nasu, avec qui il travaillait depuis ses débuts chez Square Enix en 2004, et qui prit la fonction plutôt inédite de « responsable du développement ».

Pour Tabata, les collègues au travail sur le jeu devaient devenir des « alliés ». Diverses initiatives furent prises pour rendre le cadre de travail plus accueillant, dont la mise en place d’un coin proposant des équipements sportifs, d’un mur de photos des sorties de groupe puis, plus tardivement dans le développement, d’un mur de dessins des fans.

Une réorganisation aussi changeante ne pouvait évidemment pas fonctionner si les membres de l’équipe ne se faisaient pas mutuellement confiance. C’est la raison pour laquelle un grand effort fut consacré à la consolidation des liens entre les créateurs. Dès sa prise de fonction et la restructuration de son département, Tabata s’improvisa gourou et organisa un mini séminaire avec les principaux membres de son équipe pour définir des règles d’or que tous les développeurs devaient suivre afin que le travail se passe le mieux possible. Ainsi fut-il décidé qu’ils devaient tous « éviter de mettre les bâtons dans les roues des autres, reconnaître la valeur du travail de leurs collègues, toujours partager clairement les informations et les objectifs, faire preuve d’honnêteté et avoir un esprit d’ouverture, oser aller au-delà des limites de leur fonction, et surtout, chérir leur santé et le bonheur de leurs proches ». Et comme une série de règles ne suffisait évidemment pas, des sorties de groupe et des excursions furent même organisées, mélangeant l’utile à l’agréable : ensemble, les membres d’un même groupe de travail pouvaient apprendre à se connaître tout en collectant des informations ou des photographies capables d’enrichir Final Fantasy XV, dont le concept était plus que jamais cela d’un monde fantastique s’inspirant de la réalité.
Ce travail de consolidation avait également pour objectif de modifier le processus habituel de développement, qui voulait que les game designers (ou « planificateurs » selon l’intitulé japonais) donnaient d’abord des indications aux artistes, qui remettaient ensuite leurs dessins et explications aux modélisateurs, afin que ces derniers créent finalement les rendus en 3D dans le moteur du jeu. Dans FFXV, les différents créateurs furent encouragés à travailler ensemble en grillant certaines de ces étapes, ou même en remplissant eux-mêmes une tâche pourtant extérieure à leur fonction : il n’était en effet pas rare que les illustrateurs ajoutent eux-mêmes des détails directement sur les modèles 3D déjà constitués, ou que les responsables de la modélisation, de l’animation et de l’intelligence artificielle se réunissent pour concevoir ensemble une créature, là où ils avaient auparavant l’habitude de travailler chacun de leur côté. Mais si tout cela était désormais possible, c’était grâce au moteur Luminous Studio : en tant qu’intergiciel accessible en permanence par tous les membres de l’équipe, il permettait aux développeurs de créer et modifier le corps du jeu en temps réel et simultanément. C’est que la nature même du moteur entrait en contradiction avec le fameux esprit « possessif » souvent attribué aux développeurs japonais, qui (dit-on) ne supporteraient pas de voir leurs créations modifiées par quelqu’un d’autre sans leur consentement. Le moteur de Final Fantasy XV ne leur laissait plus le choix : c’était un travail en commun ou rien.

L’adoption du moteur Luminous Studio encouragea le travail en commun, notamment grâce à la possibilité de créer et manipuler immédiatement les contenus sous leur forme optimale à l’intérieur du monde du jeu ; le principe même de la technologie « Look Development ».

Les règles établies lors de la fondation de la Business Division 2 furent ensuite transmises à toutes les nouvelles recrues, qui commencèrent à être accueillies en nombre en 2014 et 2015. Cette nouvelle méthode de fonctionnement était évidemment un idéal vers lequel l’équipe souhaitait se diriger, afin de se mettre dans l’état d’esprit le plus combatif possible ; conformément au désir de Hajime Tabata de transformer Final Fantasy XV en « conquérant », ou challenger en ses propres termes. Cette philosophie de partage et d’initiative se traduisit même par un désir d’implication de tous les départements qui allaient contribuer directement ou indirectement au lancement de FFXV, y compris dans les bureaux occidentaux de Square Enix, qui ne prennent habituellement en charge que la communication et la distribution dans leurs territoires. Tabata lança ainsi le projet « Black » (tiré du nom de code du jeu), qui invitait chaque employé le souhaitant à proposer des idées de contenus à inclure dans FFXV, à condition d’en créer le cadre et le budget. Pour lui, l’objectif était de faire en sorte que cet épisode soit « le jeu de tous », un revirement assez radical après des années de développement dans le plus grand secret des bureaux japonais. Si l’effet fut plutôt efficace pendant la première année de travail, le processus allait forcément se révéler plus compliqué sur la durée.

 

13. Contraction d’une épopée

La conséquence de la décision de renoncer totalement à une épopée s’étalant sur plusieurs jeux eut une conséquence évidente : Final Fantasy XV n’allait plus être le premier épisode de la trilogie, comme le prévoyait Tetsuya Nomura, mais bien un jeu unique se suffisant entièrement à lui-même. À partir de début 2014, l’équipe de développement se lança donc dans un copieux processus de remise à plat de tous les contenus qui étaient jusque-là prévus, afin de les trier et de sélectionner ceux qui pourraient être conservés dans un seul jeu. Naturellement, il y eut des sacrifices, car la grande histoire qui devait être élaborée au fil de plusieurs épisodes était bien trop dense pour être intégralement restituée dans le laps de temps dont ils disposaient. La décision fut prise de revenir au premier synopsis de l’histoire de Final Fantasy Versus XIII, qui avait été écrit autour de 2007 par le scénariste Kazushige Nojima. Ce dernier, cependant, n’était plus du tout associé au projet, et c’est à une équipe menée par Saori Itamuro, qui avait précédemment travaillé sur la planification des sections RPG de la série Dissidia, que fut confié la tâche de composer un scénario à partir de cette base. Mais de multiples difficultés se présentèrent devant Itamuro et ses collègues, car ils s’apprêtaient à s’attaquer à une entité déjà très riche, et surtout, dont certains éléments avaient été dévoilés bien des années auparavant et étaient naturellement très attendus par les joueurs.
Lors de cette grande phase de tri, les développeurs décrétèrent néanmoins qu’ils ne devaient pas avoir peur de retirer ou de supprimer certains éléments, même s’ils avaient déjà été dévoilés, tant que cela était au service de la cohérence et l’ambition du produit fini. Si un élément en particulier ne collait pas bien au reste, ils ne devaient pas se forcer à le mettre dans le jeu. De plus, les bandes-annonces de Final Fantasy Versus XIII avaient révélé des états successifs et anciens du jeu, qui n’étaient pas forcément cohérents entre eux. C’était malheureux, mais les créateurs au travail sur la version définitive de FFXV avaient désormais la tâche difficile de mettre les rêves de côté et de concevoir un jeu bien concret avec une date butoir déjà fixée. S’ils avaient dû essayer de reconstituer absolument tout ce qui avait déjà été montré au fil des ans, le développement aurait duré deux fois plus longtemps et aurait finalement reposé la question d’en faire plusieurs épisodes ; pour certains éléments, ils pensaient qu’il leur serait absolument impossible de les restituer de la meilleure manière possible, même s’ils leur consacraient plusieurs années de travail intensif. De tels dilemmes sont tout ce qu’il y a de plus normal durant la genèse d’une œuvre, surtout lorsqu’elle implique tant de monde, mais aucun autre jeu de Square Enix avant FFXV n’avait vu des changements aussi importants opérés devant les yeux de tous.

Avec l’éviction de Tetsuya Nomura, la responsabilité de la direction artistique des personnages fut transférée à Yûsuke Naora. Ce dernier s’assura ainsi de la cohérence de leur représentation, non seulement dans le jeu avec la nécessité d’optimiser les modèles 3D pour la nouvelle génération de consoles, mais aussi dans les projets parallèles à FFXV qui naquirent par la suite, dont la série animée Brotherhood. Pour cette dernière, Naora dessina les personnages principaux à différents âges de leur vie. Avec la réécriture du scénario, les développeurs décidèrent de recentrer l’histoire sur ces quatre protagonistes.

Du fait de cette situation, le choix de ne pas hésiter à modifier ou remplacer des parties du jeu ne pouvait pas se faire sans heurts. Le cas le plus problématique était celui du personnage de Stella. Révélée dès 2007, et notamment mise à l’honneur dans la fameuse scène de sa rencontre avec Noctis à la fête d’Insomnia, elle était encore présente furtivement dans la bande-annonce de l’E3 2013, où l’on pouvait même entendre pour la première fois son doublage japonais. Mais sa place dans l’histoire avait été progressivement modifiée pour s’adapter au projet d’épopée en plusieurs jeux, et la transformation en un jeu unique nécessitait des changements importants qui allaient affecter sa personnalité et son rôle. Au sein de l’équipe de développement, les créateurs qui étaient présents depuis l’époque de Versus étaient évidemment attachés à elle et ne voulaient pas qu’elle disparaisse ou soit dénaturée, et c’est bien pour cela que les nouveaux membres qui avaient rejoint l’équipe sur le tard, les scénaristes les premiers, n’osaient pas non plus toucher à elle. Devant cette situation insoluble, ils prirent finalement la décision de la retirer complètement du jeu et de la remplacer par un autre personnage, Luna, dont le rôle serait sensiblement identique, mais qui n’aurait plus un statut aussi intouchable. Ainsi, l’équipe de développement actuelle de FFXV allait pouvoir se l’approprier plus spontanément. Reste qu’il fallait également annoncer la nouvelle aux joueurs, ce que Hajime Tabata tarda à faire. Luna fut évoquée pour la première fois dans la bande-annonce du Tokyo Game Show 2014, qui marqua le retour du jeu et l’officialisation du changement de réalisateur. Mais alors que les fans se demandaient qui était cette nouvelle jeune femme et quel serait son rôle par rapport à Stella, Tabata esquiva le sujet pendant de longs mois sous le prétexte qu’il refusait de parler de l’histoire du jeu avant la sortie de la démo jouable. Lorsqu’il se décida à clarifier la situation, en juin 2015, l’annonce fut d’autant plus pénible, pour lui comme pour les joueurs. Au fil des mois, il prit conscience de l’attachement déjà très fort de certains fans à ce jeu qu’ils attendaient depuis longtemps, et du poids que cela représentait de devoir répondre à leurs espoirs.

Stella (première image) fut finalement remplacée par Lunafreya (deuxième image), dont le nom japonais est, pour l’anecdote, Lunafrena. C’est également Yûsuke Naora qui prit en charge la conception visuelle du personnage, mais avec plus de liberté que les quatre garçons puisque Luna devait être « nouvelle ». Notamment, il fit appel à un coiffeur professionnel pour imaginer sa coiffure, qui fut créée sur mannequin avant d’être directement numérisée dans le jeu.

Révélé pour la première fois en 2013, le personnage de Cor Leonis connut lui aussi un changement dans la nouvelle version du jeu, non pas pour modifier son rôle et sa personnalité, mais pour le mettre finalement en second plan. Cor devait à l’origine être présent en permanence aux côtés de Noctis, Gladiolus, Ignis et Prompto, mais alors que la réécriture du scénario avait pour principal objectif de se recentrer sur la représentation des liens d’amitié entre les quatre jeunes gens, la différence d’âge de Cor dénotait avec le sentiment de road trip entre amis recherché par les créateurs. Ils décidèrent ainsi de réduire sa présence dans le groupe à une séquence bien précise du scénario, afin de le faire apparaître davantage comme un mentor que comme un compagnon de route. Quant à d’autres personnages secondaires qui avaient bien été imaginés dans les dernières années de Versus XIII et pendant la transition vers FFXV, et qui étaient pour la plupart dessinés par l’illustrateur Roberto Ferrari, ils disparurent purement et simplement avant même d’être révélés au public. Ferrari lui-même cessa d’être associé à la conception de FFXV après le départ de Tetsuya Nomura.

Parallèlement, des séquences entières qui semblaient trop difficiles à créer de manière optimale furent abandonnées. L’une d’elles était emblématique car elle avait, malheureusement, déjà été dévoilée quelques années plus tôt à l’époque de Versus XIII ; elle figurait même en très bonne place dans la fameuse bande-annonce de janvier 2011. À ce moment-là, il devait s’agir de la scène d’ouverture du jeu, au cours de laquelle la capitale royale Insomnia est attaquée par l’empire de Niflheim et où Noctis et ses amis doivent fuir la ville en catastrophe au volant de leur voiture. L’enchaînement des événements fut modifié de telle sorte que la version définitive de Final Fantasy XV commence alors que les quatre personnages ont déjà quitté Insomnia et que l’attaque se produit à leur insu, alors qu’ils sont en route pour retrouver Luna. La ville, qui devait servir de tout premier champ de bataille dans Versus XIII, n’allait ainsi plus du tout être accessible au début du jeu ; si ce n’est dans le très court « chapitre 0 » ajouté ultérieurement dans la version finale. Pour autant, la portion de l’histoire racontant l’assaut d’Insomnia ne fut pas jetée aux oubliettes, puisqu’elle servit de point de départ à la naissance d’un tout nouveau projet.

In memoriam : la bande-annonce de 2011 de Final Fantasy Versus XIII restera la seule trace publique de l’attaque d’Insomnia dans sa version jouable (avec comme cerise sur le gâteau la toute première apparition d’Aranea). Mais la ville continuera à jouer un rôle central dans l’univers de FFXV, aux derniers instants du jeu bien sûr, mais aussi et surtout dans le film Kingsglaive et dans la série animée Brotherhood.

Lorsque Takeshi Nozue et son équipe intégrèrent officiellement la Business Division 2 pour travailler sur les graphismes et les cinématiques de Final Fantasy XV, les discussions commencèrent immédiatement autour d’un projet de film en images de synthèse basé sur le jeu. L’idée trottait déjà dans la tête de Hajime Tabata auparavant, et Nozue était lui-même des plus partants pour la concrétiser ; le coréalisateur de Final Fantasy VII Advent Children semblait de toute façon destiné à réaliser un jour un nouveau long métrage inspiré de la série. Mais lorsqu’il était encore chez Visual Works, les cinématiques qu’il créait avec son équipe étaient des commandes des départements internes de Square Enix, qu’il lui suffisait d’honorer sans se soucier outre mesure du budget, de la date de sortie ou des objectifs de vente des jeux concernés. C’est précisément parce qu’il souhaitait se donner de nouveaux défis et gérer lui aussi ces aspects qu’il se lança dans ce projet. Tabata et Nozue étaient également à la recherche de moyens permettant d’attirer de nouveaux joueurs vers Final Fantasy XV, et un film était le format idéal pour s’adresser un public le plus large possible. Mais contrairement à Advent Children, qui avait été créé tardivement en tant que suite de FFVII destinée aux fans, cette nouvelle production sortirait simultanément au jeu. Le concept se formula progressivement à partir de début 2014, et le processus de remise à plat de l’histoire du jeu posa rapidement les bases de celle du film : si FFXV allait raconter le road trip initiatique de Noctis, alors le film montrerait les événements se déroulant du point de vue du roi Régis resté à Insomnia. Initié sous le nom de code « Onyx » (une autre variété de noir), le long métrage allait devenir Kingsglaive: Final Fantasy XV.

Initié début 2014, Kingsglaive: Final Fantasy XV fit l’objet de plusieurs phases de préproduction avant d’entrer en production intensive à l’été 2015. Du fait de l’urgence avec laquelle le film devait être conçu, l’équipe de Takeshi Nozue, qui ne comptait qu’une cinquantaine de personnes, dut faire appel à de nombreux prestataires extérieurs. Au total, 49 sociétés internationales participèrent à la genèse de Kingsglaive, dont Digic Pictures et Image Engine, deux pointures du domaine de l’imagerie de synthèse.

La décision de faire de Final Fantasy XV un monde ouvert affecta naturellement l’écriture du scénario, qui devait adopter un format moins linéaire afin de favoriser la narration directement intégrée dans le cours des phases de jeu. Comme cette méthode était très nouvelle pour Square Enix, les créateurs cherchèrent des sources d’inspiration dans les jeux occidentaux, tels que The Last of Us, dans lequel les discussions entre les personnages se font principalement en dehors des cinématiques. L’aspect road trip en monde ouvert de FFXV posa un véritable défi à l’équipe scénaristique, qui ne pouvait plus savoir avec précision l’ordre dans lequel les joueurs progresseraient d’une activité à l’autre ; elle opta finalement pour un découpage en chapitres, rendant les différentes étapes du voyage plus claires. Mais l’histoire devait se dérouler dans trois grandes parties du monde du jeu – le royaume du Lucis, la ville d’Altissia et l’empire de Niflheim –, et les moyens nécessaires pour développer un immense terrain ouvert rempli de contenu ne pouvaient pas être appliqués à chacune de ces trois parties.
En respectant la géographie du monde de FFXV, la dernière de ces parties devait se dérouler dans un tout nouveau continent. Mais, ayant estimé que le développement d’une seconde masse de terre ouverte pouvant être entièrement explorée à pied et en voiture doublerait approximativement le temps de travail et les coûts nécessaires, les concepteurs comprirent que l’entreprise n’était pas envisageable en l’état. Ainsi, ils imaginèrent un changement de formule leur permettant d’obtenir un compromis : au lieu d’être un monde ouvert, le continent de l’empire proposerait en fait un voyage en train, permettant de créer un segment bien plus linéaire de l’histoire tout en évitant le besoin de concevoir un terrain de jeu intégral. De plus, l’équipe de la Business Division 2 décida de s’alléger de la charge de travail prévue pour cette troisième portion du jeu en en confiant une grande partie du développement à un prestataire externe : XPEC Entertainment, une société basée à Taïwan et sélectionnée pour ses compétences technologiques.

Le président de XPEC Entertainment, Aaron Hsu, profita de la venue de Hajime Tabata au Taipei Game Show en février 2015 pour lui présenter une petite blague : ayant vu la vidéo à hauteur de chien présentée à la Jump Festa deux mois plus tôt, il implora le réalisateur d’inclure également une vue à hauteur de chat, et cela par le biais d’une vidéo (sans textures) d’une gare de la dernière partie du jeu, développée par XPEC. Manque de pot : les lieux montrés dans la vidéo… furent finalement supprimés de la version finale de FFXV.

XPEC est une entité comprenant un studio de développement et un centre de création artistique, et Square Enix avait déjà travaillé avec ce dernier pour Hitman: Absolution et Tomb Raider version 2013. Pour FFXV, les deux groupes furent mis à contribution. Agissant sous la supervision directe des équipes japonaises de la BD2, XPEC travailla notamment sur le game design et la conception graphique du voyage en train. C’était loin d’être une démarche unique : du fait de l’ampleur du projet, Square Enix s’entoura de nombreux sous-traitants internationaux pour contribuer au développement de Final Fantasy XV tout entier, mais XPEC était l’un des plus importants d’entre eux avec environ une centaine de personnes impliquées. En interne, le nombre de concepteurs culmina à environ 300 personnes, mais en y ajoutant les sous-traitants, le nombre de créateurs au travail sur le jeu était au moins deux fois supérieur.

 

14. Une fantaisie basée sur la réalité

Si la date de lancement du jeu définitif fut fixée dès début 2014, ce n’était en réalité pas la première échéance cruciale des développeurs. Car lorsque Hajime Tabata prit les commandes de l’équipe, il décida également d’initier un projet plus immédiat, qui devrait prouver que Final Fantasy XV était bel et bien en vie : une démo jouable. L’objet de cette dernière était double : rassurer les joueurs attendant le jeu depuis de nombreuses années, certes, mais aussi remettre rapidement les créateurs en ordre de bataille. FFXV était en effet le fruit du travail d’une équipe nouvellement formée à partir de plusieurs groupes dont certains s’épuisaient dessus depuis longtemps déjà, y compris depuis l’époque de Versus XIII. Alors qu’une grande partie d’entre eux n’avait plus livré de jeux depuis des années du fait de cette situation hors du commun, Tabata considéra que ce premier but était un bon moyen de les remotiver à créer un produit fini. Le principe d’une démo jouable était des plus commun dans la série Final Fantasy, et c’était d’ailleurs grâce à ce même procédé que le développement de FFXIII avait réussi à prendre corps, bien qu’il fût beaucoup plus tardif dans le processus. Mais cette démo de FFXV n’en serait en fait pas vraiment une, tant elle devait être disponible très longtemps avant la date de lancement du jeu définitif. Elle allait s’apparenter davantage à une « version alpha », ou à une sorte de « coupe verticale » améliorée ; le nom donné par les développeurs occidentaux au processus qui consiste à créer une portion du jeu de manière optimale en tout début de projet afin d’évaluer le résultat et d’estimer la quantité de travail nécessaire. Ainsi, les priorités de développement de FFXV furent ajustées de telle sorte que les contenus nécessaires à la conception du segment de jeu sélectionné devinrent prioritaires.

Annoncé à la surprise générale à l’E3 en juin 2014, Final Fantasy Type-0 HD étonna par son choix de consoles : le petit jeu PSP allait être transformé en un titre sur PlayStation 4 et Xbox One. C’était en fait parce qu’il allait devenir l’écrin de l’avenir de Final Fantasy XV.

La conception de la démo de FFXV accompagna un autre projet qui tenait beaucoup à cœur à Hajime Tabata et aux fans occidentaux de Final Fantasy : la création d’un portage de Final Fantasy Type-0 qui soit enfin disponible à l’international. Cet épisode était sorti au Japon en octobre 2011 sur PSP, mais du fait du marché déclinant de la petite console dans le reste du monde, Square Enix avait renoncé à l’y éditer. Après plusieurs années de tergiversations, voyant le jeu tour à tour envisagé sur PlayStation Vita puis sur PlayStation 3 mais jamais concrétisé, Tabata parvint à convaincre le PDG de Square Enix de la validité du chantier en lui montrant que le portage suscitait de nombreuses attentes, notamment sur Internet. Fin 2013, alors que Tabata prenait la tête de la Business Division 2 et devait commencer à envisager d’autres projets que le simple FFXV, il lança le développement de ce qui allait devenir Final Fantasy Type-0 HD. Tout en réunissant une petite équipe d’une dizaine de personnes ayant travaillé sur la version PSP avec lui afin d’en assurer la supervision en interne, il confia le travail de remasterisation à Hexadrive, studio avec lequel il collaborait déjà activement depuis plusieurs mois sur FFXV et dont ce type de démarche était la spécialité. Le parallèle entre les deux projets était trop beau : la démo du quinzième épisode serait en réalité livrée en accompagnement de Type-0 HD, un moyen des plus efficace d’attirer l’attention sur ce titre plus modeste, et certainement l’une des raisons ayant convaincu Yôsuke Matsuda de donner son feu vert à la remasterisation. Quant au principe d’une démo jouable très précoce pour FFXV, il était tout à fait conforme à l’un des objectifs avancés par le PDG peu après sa nomination, inspiré par l’émergence des jeux en « accès anticipé » sur Steam : la mise en place de moyens permettant de proposer aux joueurs un aperçu jouable des titres en cours de création et de faire éventuellement part de leurs commentaires aux développeurs.

La démo allait également mettre sous pression l’équipe de recherche et de développement travaillant sur le moteur Luminous Studio, qui était désormais entièrement intégrée à la Business Division 2 afin de le concevoir sur mesure pour Final Fantasy XV. Jusque fin 2013, le jeu n’était encore qu’un prototype développé à partir d’une version gonflée avec DirectX 11 du moteur Ebony, qui était celui de Versus XIII sur PlayStation 3. Le début de l’année 2014 marqua ainsi le point de départ du versement et de l’optimisation des contenus d’Ebony dans la version 1.0 du Luminous Studio, processus qui dura environ un an. Simultanément, l’équipe technologique renforçait les fonctions du nouveau moteur afin de répondre aux demandes des concepteurs du jeu. Lorsque FFXV fut de nouveau montré au public, en septembre 2014, le Luminous Studio avait ainsi atteint sa version 1.4, dans laquelle environ 80% des fonctions d’Ebony avaient été transférés. L’ancien moteur fut complètement intégré dans le Luminous Studio à partir de la version 1.5 de ce dernier, ce qui coïncida avec la finalisation de la démo jouable au début de l’année 2015. La dénomination « Ebony » fut abandonnée à ce moment-là, mais les développeurs, qui étaient tout de même attachés à ce nom, décidèrent de lui trouver une petite place dans le jeu définitif en le donnant à une marque de café fictive dont raffole Ignis.

Bien qu’Insomnia disparut du début du jeu, la place centrale de la ville (surnommée « Tochômae » par les concepteurs, en référence à la station de métro se trouvant juste à côté de la place de la mairie de Tokyo qui a inspiré l’endroit) resta un terrain d’expérimentation pour l’équipe de développement, notamment lors de la conception de la démo « The Overture » qui fut révélée au Tokyo Game Show en septembre 2014. Hajime Tabata s’en servit pour illustrer les progrès du versement des fonctionnalités d’Ebony dans le Luminous Studio, et montrer le bond technologique depuis la vidéo du même endroit à l’E3 2013.

Avec le retour sur le devant de la scène de Final Fantasy XV sous sa forme finale, les développeurs allaient non seulement pouvoir rassurer les joueurs qui l’attendaient depuis longtemps, mais aussi démontrer les immenses ambitions technologiques qu’ils étaient en train de concrétiser avec le renfort du Luminous Studio. Prenant pour appui la fameuse philosophie de « fantaisie basée sur la réalité », dans laquelle le mot « fantaisie » (de l’anglais fantasy) signifie en fait « fantastique » dans le sens littéraire du terme, les concepteurs imaginèrent un monde parfaitement réaliste dans lequel les éléments surnaturels sont représentés sous une forme la plus crédible possible. Cette idée inspirait déjà le projet depuis l’époque de Versus XIII, mais allait être encore plus approfondie grâce à la convergence des moyens technologiques et des intentions créatives des développeurs.
L’organisation d’excursions sur le terrain permit aux membres de l’équipe de puiser directement leur inspiration à la source ; ce qui permit de plus de concilier la consolidation des liens humains avec le travail pratique au bénéfice du jeu. À cette occasion, les membres des différents départements (artistes, concepteurs, programmeurs et même certains sous-traitants) prirent part à de nombreuses activités en extérieur, parmi lesquelles de la randonnée, de l’escalade, de la spéléologie, du safari, du camping, de la cuisine en plein air, ou encore des démonstrations militaires. Bien décidée à étudier les variations de luminosité selon le moment de la journée, une équipe partit même pendant 24 heures au sommet d’une montagne pour prendre une série de photos à 360 degrés dans le but de restituer un cycle jour-nuit authentique à l’intérieur du jeu. Par chance, ils n’eurent pas besoin d’aller très loin pour trouver leur bonheur : les montagnes à l’ouest de Tokyo, souvent d’origine volcanique, constituent de très bons endroits pour faire de l’escalade, tandis que la préfecture de Chiba, située à l’est de la capitale, propose des grottes idéales pour la spéléologie.
De son côté, grâce à l’observation des animaux sauvages lors de safaris, l’équipe chargée de la création des créatures virtuelles se donna un défi ambitieux : concevoir des bêtes si biologiquement crédibles qu’elles pourraient faire l’objet d’un documentaire animalier à l’image de ceux de National Geographic ou de la BBC, quand bien même il s’agissait de réinterprétations des monstres traditionnels de Final Fantasy, le plus souvent inspirées des dessins de Yoshitaka Amano pour les premiers épisodes. Pour illustrer son propos, l’équipe créa même ultérieurement des vidéos promotionnelles intitulées « World of Wonder » (un monde merveilleux) imitant ces fameux documentaires, mais dans les décors de FFXV et avec la faune du jeu visible dans son habitat naturel : chocobos, catoblépas, anaks, taoties, garulas, sahuagins, même des gobelins et des béhémoths.

Marchant dans les pas de ceux des précédents épisodes, les développeurs de FFXV participèrent à des excursions pour enrichir l’expérience de jeu, d’autant plus que la nature allait jouer un rôle capital dans le jeu. Camping, cuisine en plein air, spéléologie, démonstrations militaires, étude des variations de luminosité… Le tout, sous la supervision notamment de Yasuyuki Matsunami (dernière photo), directeur de la carte du monde.

L’une des principales ambitions des créateurs de FFXV était de donner au joueur le sentiment d’appartenir au monde du jeu. Ce souhait mobilisa autant les artistes de l’équipe que les programmeurs du moteur Luminous Studio. Pour ces derniers, la mission consistait à adapter les systèmes du moteur à ce projet de monde ouvert ultraréaliste. La somme des difficultés technologiques posées par Final Fantasy XV était énorme : le jeu devait proposer un environnement graphique totalement dynamique avec des changements de météo, une influence réaliste de la pluie sur les textures, un cycle jour-nuit, l’illumination globale des scènes, des animations et des shaders basés sur la physique, un ciel procédural à base de nuages volumétriques, des transitions immédiates entre les intérieurs et les extérieurs, un système de combat complexe directement intégré dans le cours de l’exploration… Autant d’éléments compliqués à concilier, surtout en cherchant à obtenir la meilleure qualité graphique possible, ce qui força les programmeurs à employer une méthode hybride mélangeant des données dynamiques et statiques.
De leur côté, les artistes commencèrent la conception du monde dans lequel allait se dérouler le jeu au niveau continental, en créant une maquette réelle en argile de la masse de terre principale, Éos, sur laquelle ils modelèrent les chaînes de montagne et les cours d’eau de telle sorte que la topographie des lieux soit géographiquement crédible. Leur travail de recherche sur le terrain leur permit alors d’enrichir chaque région selon le type d’ambiance voulu. C’est ainsi que pour la mise au point de la démo jouable, ils portèrent leur dévolu sur la région centrale de Duscae, dont les environnements sauvages se prêtaient bien à la restitution de leurs expériences de plein air. Son développement commença en priorité. Grâce à l’éditeur de terrain performant du Luminous Studio, les graphistes effectuèrent un scan en 3D de leur maquette afin de disposer quasi instantanément d’un modèle global du monde du jeu à l’intérieur de leur moteur. Il ne leur restait plus alors qu’à le peupler avec des contenus en tous genres : routes, bâtiments, végétation, rochers, plans d’eau, le tout immédiatement fonctionnel grâce aux outils de rendu basés sur la physique. Pour renforcer l’impression d’appartenance à cet univers saisissant de réalisme, un groupe spécial fut formé, portant le nom de « grounding » en anglais, terme exprimant littéralement le sentiment d’être ancré au sol. Dirigée par Takaharu Aono, artiste technique qui était au travail sur le projet depuis l’époque de Versus XIII, cette petite équipe avait pour tâche de créer la « pesanteur » du monde de FFXV en gérant les interactions entre les personnages et l’environnement.
La représentation réaliste d’éléments fantastiques dans le jeu inspira également l’idée que les magies, élément classique de Final Fantasy s’il en est, soient considérées comme un phénomène ayant un impact tangible sur le décor. Ainsi, le feu enflammerait la végétation qui se consumerait lentement, la foudre brûlerait le sol et électrocuterait les personnages et les ennemis si elle tombait dans l’eau, et la glace recouvrirait le décor entier d’une couche de gel qui ralentirait les mouvements de tout le monde. Mais la mise en œuvre d’une telle mécanique était trop ambitieuse pour l’échéance de la démo jouable, qui fut livrée sans magies. Les efforts se concentrèrent plutôt sur l’ajout d’une première invocation, Ramuh, dont la séquence d’apparition serait bien plus spectaculaire.

De la maquette réelle aux paysages définitifs de Duscae. Les développeurs de FFXV utilisèrent abondamment la technique du scan d’objets réels pour en faire des éléments en 3D directement utilisables à l’intérieur du Luminous Studio, y compris pour cette masse de terre. Les artistes des environnements, menés par le directeur artistique Isamu Kamikokuryô, étudièrent des photographies de lieux sauvages tels que la région de Tokachi (à Hokkaido) ou celle du Connemara (en Irlande) pour que l’apparence de la végétation et de la brume de distance semble la plus authentique possible.

Lorsque Square Enix annonça l’existence de la démo, officiellement nommée Final Fantasy XV Episode Duscae, lors du Tokyo Game Show de septembre 2014, cela marqua le point de départ de la grande campagne de communication qui allait durer jusqu’au lancement de la version définitive du jeu. D’un seul mouvement, l’éditeur révéla que Hajime Tabata avait remplacé Tetsuya Nomura, leva le voile sur la première bande-annonce du jeu depuis un an, et annonça la présence de la démo dans tous les premiers tirages de Final Fantasy Type-0 HD ; un vaste déploiement opéré dans l’espoir affiché que l’enthousiasme du grand retour du jeu dissipe les craintes du retrait du réalisateur qui le portait jusque-là. Dans une démarche rappelant beaucoup celle de Naoki Yoshida alors qu’il s’employait à sauver Final Fantasy XIV, Hajime Tabata inaugura dès le TGS une série d’émissions retransmises en direct sur Internet, les « Active Time Reports », en compagnie d’Akio Ôfuji qui était le nouveau directeur de la communication du jeu. Sa priorité : communiquer directement avec les joueurs pour les rassurer sur le sérieux du projet, en n’hésitant pas à dévoiler des images tirées de versions encore en plein développement. Il s’agissait en réalité du point de départ d’une démarche participative dont Episode Duscae serait le point culminant.

 

Dans la quatrième (et a priori dernière) partie, qui sera publiée ultérieurement : après le lancement de la première démo, le projet s’aventure enfin dans sa dernière ligne droite jusqu’à la sortie, non sans de nouvelles difficultés, mais avec toujours plus d’ambitions.

 

N.B.

Le contenu de cet article est sujet à changements selon la découverte de nouvelles informations ou de détails plus précis relatifs au développement de Final Fantasy Versus XIII et Final Fantasy XV. Les ajouts ou modifications seront précisés dans cet encadré.

Références

– Interviews avec Tetsuya Nomura, Hajime Tabata, Takeshi Nozue, etc., magazine Shûkan Famitsu (janvier 2007, janvier 2008, février 2008, juin 2008, août 2008, février 2010, juin 2010, février 2011, juillet 2011, septembre 2011, janvier 2012, juin 2013, juillet 2013, octobre 2014, mars 2015, avril 2016)
Interview avec Tetsuya Nomura, Famitsu.com (septembre 2009)
Interview avec Yôichi Wada, Famitsu.com (juin 2012)
Interview avec Tetsuya Nomura, Famitsu.com (juin 2013)
Interview avec Tetsuya Nomura, Famitsu.com (juin 2013)
Interview avec Tetsuya Nomura, Famitsu.com (septembre 2013)
Interview avec Hajime Tabata, Famitsu.com (septembre 2014)
Interview avec Masakazu Matsushita, Yûsuke Naora, Tomohiro Hasegawa et Hajime Tabata, Famitsu.com (avril 2015)
Interview avec Hajime Tabata, Isamu Kamikokuryô et Yûki Matsuzawa, Famitsu.com (août 2015)
Interview avec Hajime Tabata et Takeshi Nozue, Famitsu.com (avril 2016)
Interview avec Hajime Tabata, Famitsu.com (août 2016)
– Interviews avec Tetsuya Nomura, magazine Dengeki PlayStation (janvier 2007, novembre 2007, mai 2009, janvier 2011, juin 2013, juillet 2013)
Interview avec Tetsuya Nomura, Dengeki Online.com (juin 2013)
Interview avec Hajime Tabata, Dengeki Online.com (septembre 2014)
Interview avec Hajime Tabata et Takeshi Nozue, Dengeki Online.com (mars 2016)
Interview avec Hajime Tabata, 4Gamer.net (septembre 2014)
Interview avec Hajime Tabata et Takeshi Nozue, 4Gamer.net (avril 2016)
Interview avec Hajime Tabata et Katsuhiro Harada, 4Gamer.net (mai 2016)
– Interview avec Hiromichi Tanaka, Jeux-France (janvier 2007)
– CLOUD message, ASCII Media Works (décembre 2008)
« Tetsuya Nomura explains why Final Fantasy Versus 13 became Final Fantasy 15 », Polygon (juin 2013)
– Taku Murata, « Final Fantasy XII Postmortem », Game Developers Conference 2007 (mars 2007)
– Taku Murata, « The Technology of Final Fantasy », Game Developers Conference 2008 (février 2008)
– Hiroshi Takai, « An American engine in Tokyo: The collaboration of Epic Games and Square Enix for The Last Remnant », Game Developers Conference 2009 (mars 2009)
« The Art Of International Technical Collaboration At Square Enix », Gamasutra (février 2010)
– Kazuhiro Takagi, Ryôma Araki, « Square Enix no game kaihatsu », Too Game Development Workflow Seminar (juillet 2012)
Master class de Julien Merceron, Cité des sciences et de l’industrie (décembre 2015)
Présentation de Luminous Studio à l’E3, GAME Watch (juin 2012)
Départ de Yoshihisa Hashimoto de Square Enix, GAME Watch (juillet 2014)
Interview avec Aaron Hsu et Hajime Tabata, GAME Watch (février 2015)
Interview avec Hajime Tabata, ITmedia (décembre 2016)
– Motomu Toriyama, De FFXIII à FFXIII-2, Game Developers Conference in Taipei (juin 2012)
– Naoki Yoshida, Behind the Realm Reborn, Game Developers Conference 2014 (mars 2014)
– Julien Merceron, Yoshihisa Hashimoto, Hiroshi Iwasaki, « Eidos no saishin game engine shôkai », CEDEC 2010 (septembre 2010)
Eiji Kitada no mushashagyô (avril, mai 2005)
– Dossier Final Fantasy XIII, CG World (février 2010)
Interview avec l’équipe de Kingsglaive, CGWorld.jp (juin 2016)
– « Postmortem: Final Fantasy XIII », Game Developer (octobre 2010)
– Hajime Tabata, Final Fantasy Type-0 HD Flash Talk Show (octobre 2014)
– Takeshi Aramaki, Takeshi Nozue, Active Time Report 1.0 (octobre 2014)
– Hajime Tabata, Active Time Report 6.0 (juin 2015)
– Hajime Tabata, Active Time Report spécial communauté (mai 2016)
« E3 2013: Final Fantasy 15 Was Almost a Musical », IGN (juin 2013)
« The Story Behind Fortress, the Final Fantasy Game That Never Was », GameSpot (octobre 2015)
« 15 New Things We Learned from Final Fantasy 15’s Director », GameSpot (mars 2016)
« Final Fantasy XV is a ‘bromance’. We ask its director why », Wired (novembre 2014)
Interview avec Hajime Tabata, Spieletester (août 2015)
« Hajime Tabata Reflects on the Transformation of Versus XIII to Final Fantasy XV », USgamer (mars 2017)
Interview avec Tetsuya Nomura, Gamekult (juillet 2013)
Final Fantasy XV : les secrets de développement, Jeux vidéo.com (novembre 2016)
Interview avec Hajime Tabata, Le Figaro (novembre 2016)
– Livre « Inside Final Fantasy XV » (novembre 2016)
– « An Audience with Hajime Tabata », Edge (décembre 2015)
Interview avec Tetsuya Nomura, Eurogamer (mai 2007)
« Meet Hajime Tabata, Final Fantasy’s latest saviour », Eurogamer (septembre 2014)
« Final Fantasy 15 release date narrowed down to 2016 », Eurogamer (août 2015)
« Finishing Final Fantasy », Eurogamer (novembre 2016)
« Rumor: Ex-Square Enix Developer Writes Defense of Recently Axed Boss », Kotaku (mars 2013)
« The Man Who Saved Final Fantasy XV », Kotaku (septembre 2014)
« Meet The New Man In Charge Of Final Fantasy », Kotaku (janvier 2015)
« Versus 13 Was ’20-25%’ Done Before it Became Final Fantasy 15 », IGN (août 2015)
Interview avec Hajime Tabata, Game Informer (septembre 2014)
– Interview avec Tetsuya Nomura, Level (juin 2007)
– Interview avec Tetsuya Nomura, EGM (juin 2007)
– Interview avec Tetsuya Nomura, Game Informer (mai 2012)
– Afterwords: Final Fantasy XV, Game Informer (mars 2017)
Dossier Final Fantasy XV, Game Informer (avril 2016)

Images

Square Enix, Famitsu, Sony, Cnet Japan, Mynavi, Game Informer, Wired.jp

  • Over

    Oui je l’ai lu ! on comprend mieux tout le drama, merci pour le travail colossale dans l’attente de la 4 ème partie (prend ton temps haha) Super taf !!

    • Jérémie

      Merci ! Comme vous pouvez l’imaginer, ce qui est long comme ça demande du temps, donc pour la 4e partie… RDV un de ces jours !

  • Gaël 42

    Wow…
    Désolé, je ne sais pas quoi dire d’autres. Sauf peut-être « vivement la dernière partie » mais ça a quelque chose d’agaçant, comme si on niait tout le travail de la partie présente ou du moins qu’on n’en profitait pas réellement.
    Du coup, je le dis encore une fois : wow…

    • Jérémie

      C’est gentil ! Mais effectivement, je vous invite à apprécier au maximum cette partie, la 4e prendra encore beaucoup de temps.

  • Ashen One (The AO)

    C’est dommage que le jeu soit pour ma part bien raté …
    La restructuration n’a semble-t-il pas fonctionné, car il est évident que la communication entre les équipes n’était pas optimale quand on voit l’absence de liens entre chaque pans du jeu, le film introduit moult éléments non repris dans le jeu, le scénario est creux, vide, limite incohérent, avec trop de Deus Ex Machina et de manque d’explication, le monde ouvert ne sert à rien, il n’est même pas crédible, aucun élément n’y est développé, les quêtes secondaires n’apportent aucun élément narratif ni de renforcement de l’univers, c’est un monde sans trace historique (ou très très peu, pas d’anciens temples, pas d’anciens écrits, pas d’information sur le passé) et la fin est tellement bâclée et impersonnelle, dans un au-delà vide avec une meuf qu’on ne connaît pas.

    Alors effectivement, ils ont voulu faire comme les occidentaux, en adoptant une méthode de conception participative. Sauf qu’ils sont allés beaucoup trop loin dans les détails, jusqu’à ne plus avoir de vision concrète de ce qu’ils voulaient nous raconter, et ont priorisé des petits caprices inutiles (la voiture volante et voir bientôt la voiture 4×4, difficulté totalement absente, peluche mog, …) aux fondamentaux.
    Et on voit le résultat, le plus mauvais FF à mes yeux (et le seul mauvais d’ailleurs).

    • Domino Dos Santos

      Ben en fait, ce développement, c’est un peu comme si on te filait les plans d’une maison qui avait tout pour être parfaite, mais au lieu de passer ton temps sur les fondations pour ça tienne debout, tu passes ton temps à te demander ce que tu vas mettre comme déco sur ta table de la cuisine et aux fenetres….

    • Saifillah M’madi

      T’as dit tout ce que je pense de ce ff. Franchement, ca ne m’aurait pas dérangé qu’il le sortent un ou deux ans plus tard… Au moins, on aurait été fier du résultat.
      P.S. : Je sais pas si t’as remarqué à quel point il y a eu toute une campagne marketing abusée pour FF XV ?

      • Ashen One (The AO)

        Complètement abusé ! En fait j’ai l’impression que le cas illustre parfaitement le biais des coûts irrécupérables.

        En fait le jeu a été présenté beaucoup trop tôt alors qu’au départ c’était surtout une expérimentation d’une nouvelle méthode de travail (l’utilisation d’une même mythologie pour plusieurs jeux).
        De plus, c’est l’équipe de Nomura qui en avait la charge et il a clairement le rôle de proposer des gameplays plus dynamiques, ça se voit dans tous ses projets. Donc ça demande plus de recherche.
        Couplé à la difficulté des entreprises japonaises de s’adapter sur la génération PS360, et à la sortie de la nouvelle génération, la direction a fait le choix de changer totalement l’équipe et de sortir un nouveau jeu le plus rapidement possible en reprenant tout de même ce qui avait été déjà montré histoire de ne pas frustrer les joueurs en annonçant une annulation pure et simple de Versus 13.

        Et c’est aussi à mon sens que ce jeu est le plus mauvais FF. Il n’arrive pas du tout à créer un univers crédible et cohérent.
        On voit trop que c’est du bricolé, qu’il y a des reprises mais que trop d’éléments importants ont été gommés pour que cela puisse être cohérent pour nous.
        Un truc tout bête mais, j’arrive pas du tout à me représenter un monde sans soleil, où la lumière émane de je ne sais où, et où un « virus » pourrait absorber cette dite lumière obligeant la nuit. D’ailleurs comment peut-il y avoir un cycle jour/nuit sans soleil et une planète qui tourne autour ?
        Pour certains ce n’est qu’un détail mais c’est pareil pour tout dans le jeu.

        Du coup, oui ils ont repris les designs et le déroulement générale de versus 13 mais ont grandement changé l’intrigue sans réellement travailler l’implication du joueur :
        – le script est une calamité : tomber en panne à la sortie de la ville, c’est tout sauf crédible, cette scène devait arriver légèrement après quand on essaye de rejoindre la ville pendant l’attaque, ça aurait été beaucoup plus logique, des jeunes qui ne sont pas habitués à travailler et ne pensent à rien, et dramatique, ça aurait amené Noctis à avoir un peu de culpabilité et à dégager quelque chose en début de jeu.
        Ou encore le passage à Tenebrae est d’un frustrant. On visite 3 pauvres plateforme, avec la ville qui brûle à l’arrière, pour aller discuter avec une nourrice ! Y’avait pas mieux à faire après tous les décors réalistes qu’on s’est tapé jusqu’à présent. C’était ça la promesse de Fantasy ?
        A aucun moment de véritable enjeux sont construits, et quand on croit que ça démarre enfin, c’est la fin et on a quasi rien compris.
        – l’univers n’est pas du tout développé : on comprend rien à la mythologie. Clairement certains éléments du temple de Pitios suggèrent qu’il manque toute la partie de la révolte d’Ifrit, c’est un peu la base de l’histoire, tant pis, on en saura rien. Comme on ne saura rien sur les réelles pouvoir des Dieux, ni qui ils sont vraiment, leurs rôles, le pourquoi du comment, le peu de choses qu’on a sont floues et limite contradictoires.
        Ils reprennent des choses mais ne développent rien, ça donne une impression totalement impersonnelle et pas immersive, on a des bouts de choses collés, des créatures qui ressemblent aux anciennes invocations de FF mais dont on ne sait pas trop ce qu’elles sont.
        Le pompon revient clairement à l’Empire ! Ce qu’on nous tease pendant 10 ans comme étant les méchants sont effleurés et disparaissent sans crier gare à la fin. Ça aurait pas été plus pertinent de faire une partie du jeu où on voit cette transformation ? A travers des scènes comme dans les anciens FF, y’avait souvent des passages où on voyait les ennemis s’entretenir entre eux et préparer quelque chose.
        De toute façon dans l’ensemble, le jeu manque grandement de moment forts. A part le combat contre Ifrit, j’ai tout trouvé d’un fade, et surtout c’était du déjà vu dans les trailers.
        Alors oui les derniers combats sont sympas, mais ça reste des combats « non scriptés » contre des monstres et des bêtes. Ça manque vraiment de passages intenses contre des ennemis charismatiques et réguliers.
        – la découpe en plusieurs projets : le film s’invente des persos et des lieux que l’on ne retrouve pas dans le jeu ce qui nuit grandement à la cohérence du tout.
        Ça casse le contrôle des apports des informations qui deviennent donc non pertinentes pour le récit et du coup ça n’apporte pas grand chose.

        Tout ça pour dire que j’ai réellement le sentiment qu’ils auraient du partir sur complètement autre chose au niveau du lore et de l’univers, car le jeu manque cruellement d’âme. J’ai l’impression d’avoir un assemblage qui n’a pas d’homogénéité, avec des persos, des orientations de gameplay, des choix scénaristiques qui s’entremêlent pas, alors que c’est ce que j’aimais bien dans la franchise, la création totale d’un univers fantaisiste.
        C’est ça de ne pas assumer ses erreurs et d’avoir voulu conserver l’image d’un produit présenté beaucoup trop tôt.

        Enfin pour finir, le dernier DLC multi est encore synonyme de tous ça. Les FF numérotés ne doivent pas devenir des jeux avec juste un « gameplay tendance » qui lorgne vers des mini jeux multi. A la rigueur, ça aurait été vraiment génial que l’on puisse faire l’aventure principale à plusieurs, ou au moins que l’on puisse changer de persos, mais non faut payer pour avoir le gameplay des autres gugusses et le mode multi qui sera un système pas très développé de quêtes à la MMO :$ Ils ont déjà le 14 qui fait ça, et est réellement pensé pour donc fait tout en mieux.

        Les FF doivent rester de grandes aventures et pas des trucs bricolés à la va vite bourrés de DLC qui comblent les trous d’une histoire peu inspirée et volontairement peu développée et énigmatique afin qu’on puisse la compléter par des ajouts payants qui suivent l’envie des joueurs. La conception participative c’est bien pour les finitions de gameplay, mais ça ne doit pas devenir un substitut à la création.

  • Ramza45

    Quel travail titanesque, no pun intended. En termes de bibliographie, de référencement, de qualité d’écriture, c’est très impressionnant. Ce dossier apparait comme un livre écrit par un journaliste qui aurait suivi au quotidien les équipes de SE. Après la publication de la quatrième partie, j’espère que vous aurez les mêmes patience et détermination pour recommencer cet exercice sur des thèses plus réjouissantes que le développement chaotique de FFXV. Bravo et merci, c’est passionnant.

    • Jérémie

      (J’ai longuement réfléchi au jeu de mots et je crois que je viens de comprendre. C’est en lien avec Titan ?) Merci pour les compliments, mais il ne faut pas perdre de vue justement que je n’étais pas au quotidien avec les équipes, et que donc, j’ai dû faire avec des sources qui peuvent tout à fait ne pas être totalement précises. Notamment, la chronologie autour du départ de Nomura a été très dure à établir.

  • Domino Dos Santos

    Je ne peux pas m’empecher de trouver assez dingue les choix qui ont été fait pour « concentrer » le jeu en 1 épisode.

    C’est très représentatif du probleme de toute une époque à beaucoup de niveaux : le choix du vide.

    Au lieu de se dire « hum ok, on a une trilogie, concentrons nous sur le scénario dantesque proposée par Nomura, pour faire du jeu une épopée folle en un épisode, et ce en gommant tout l’annexe »

    Les mecs se sont dit « ok on a un scénario dantesque, coupons le à mort, histoire de pouvoir nous concentrer sur des a cotés insignifiants »….

    Je comprends mieux aussi pourquoi le scénario ne se tient pas si les coupes se sont faites avec la nana qui a participé au scénario de Dissidia ah ah ah

    Mais voila, au final, c’est quand même fou.

    On a un jeu qui avait tout pour etre une trilogie folle, on le condense en un jeu moyen.

    Et on fait d’un jeu unique (FF7), une probable trilogie pour rendre justice à sa grandeur….

    Quelle époque de merde quand même…

    • MaTTh

      Tu sais, à force d’y penser à ce FF15 et à faire des parallèles ( et surtout après avoir ressortie ce week-end des vieux numéros de Gameplay), cette histoire me rappelle finalement avec 20 ans d’intervalles, une autre oeuvre dantesque que SQUARE a tué dans l’oeuf, à savoir la saga XENO qui n’est plus que l’ombre d’elle même … Rappelle toi XENOGEARS a subi sur le CD 2, les mêmes coupes franches que FF15 ( la différence c’est que Xeno avait au moins l’élégance de t’expliquer des trucs …)

      Takahashi est quand même parti avec son truc sous le bras chez Namco, parceque trop bridé par SQUARESOFT. Matsuno avec son univers Ivalice, c’est exactement le même délire. De ce que je me rappelle, FF12 a d’ailleurs failli subir le même sort à peu de chose prêt que FF15, à savoir une version amputée de son ambition d’origine.

      Finalement ces histoires d’oeuvres dantesques avortées ne sont pas nouveau chez SE. La question est de savoir : les concepteurs rêvent ils trop grand au début ( un trilogie blabla …) ou la compagnie et le service com’ les poussent ils à la roue trop vite?

      Un mélange des deux je pense …

      C’est aussi pour ça amigo que cette histoire de remake de FF7 en trilogie est quand meme à prendre avec un max’ de recul dans la hype produite ( mais ça je te l’ai déjà dis ^^)

      • Domino Dos Santos

        Je vois ce que tu veux dire à mort, mais à mon avis, tout n’ est pas exactement comparable.

        Même si les coupes dégueulasse de xenogears ne sont pas trop excusable, elles peuvent s’expliquer par une partie de ce que tu dis: Trop d’ambition.

        Xeno avait tout pour être une saga dingue mais je peux « comprendre » la frilosité à son égard de par ses thèmes et son statut de nouvelle license.

        Ce qui ne s’applique à ff15, qui n’ est pas une nouvelle licence. Et qui aurait bien plus de poids avec un scénario complet et des dlc tardifs.

        Ce qui ne s’applique pas non plus à ff7remake qui est un jeu fini , d’une licence installé ayant fait des preuves. Le fait de le faire en trilogie est juste rendre justice à son statut, square sachant qu’ Ils n’ont pas le droit de se louper.

        Et concernant ff12, Il me semble quand même que certaines choses ont été un peu coupé non?

        Parce que bon, vagrant story ET fftactics étaient pas super abordables comme jeu et je crois que les liens entre ces 3 jeux ne sont pas non plus ultra cohérent. J’avais lu un très bon dossier à ce sujet

        • Aliena Starseeker

          La place de Vagrant Story dans la mythologie d’Ivalice a été sujet a débat et a plusieurs choix changé de manière officielle, mais il me semble que Jérémie avait évoquer dans l’un de ses articles que Matsuo avait été débarqué de FFXII parce qu’il n’était plus satisfait de son travail et qu’il voulait tout reprendre du début et que Square a dit niet.

          Je dois tout de même admettre que la lecture de cet article très complet me conforte dans l’idée qui me trotte dans la tête depuis le début : ce jeu aurait du subir une annulation pure et simple. En s’obstinant a vouloir le sauver a n’importe quel prix, Tabata a été contraint de faire des choix. Il a choisit naturellement les plus simples et rentable (se concentrer sur l’habillage plutôt que le contenu et proposer plein de DLC, c’est la grande force du modèle de l’Open World, bien qu’il commence a s’essouffler quelque peu, quelques titres comme Mass Effect Andromeda tirant trop sur la corde…).

          VS XIII avait généré trop d’attente, le résultat final ne pouvait pas fonctionner tel que Square le rêvait, notamment avec son objectif de dix millions de copie, pas après une campagne promotionnelle aussi bancale et un développement aussi chaotique.

          Ce qui m’a le plus surpris, c’est les révélations sur Wada, qui porte finalement une grosse part de responsabilité alors que c’est lui qui aurait dû finalement mettre le coup de sifflet final depuis longtemps. Je me souvient que son Tweet pour démentir l’annulation de FFVSXIII, qui visait sans doute avant tout a rassurer les marchés, le titre de Square ayant dévissé suite a l’amplification de la rumeur, avait alors était très mal perçu par la communauté, alors que sa volonté de protéger les créateurs envers et contre tout aurait sans doute était accueillit positivement par les fans, qui diabolise bien plus facilement un patron qu’un créatif.

          • Jérémie

            Sur le sujet de FFXII, je tiens juste à dire que je n’ai pas le souvenir d’avoir évoqué cela dans un article. Même s’il est évident que le départ de Matsuno est sans doute lié à des différends d’ordre créatif. Quant à Vagrant Story, s’il a pendant longtemps semblé que c’était en effet un des pans d’Ivalice, Matsuno prétend désormais (il l’a dit sur Twitter à quelqu’un qui lui posait la question) que ça n’a jamais été le cas pour lui, et que seuls les FFT et FFXII se déroulent en Ivalice.

          • MaTTh

            Je suis d’ailleurs curieux de connaitre l’impact du départ de Matsuno sur FF12 justement … A votre connaissance, y a t’il eu des « coupes » franches dans l’histoire, le scénario, la mise en scène ou de manière générale sur « les limites » d’Ivalice ? Etait il prévu, à l’instar de FF15 justement, que les zones géographiques soient plus vastes et aller rejoindre Rosaria par exemple ?

            En tout cas, grosse surprise justement sur Vagrant Story! je me souviens d’ailleurs d’un article / dossier super bien fait sur FFWOLRD sur la chronologie d’Ivalice, qui m’as toujours servi de référence sur cet univers

  • Domino Dos Santos

    Je rêve où mon commentaire a été effacé?

    • Jérémie

      Hello,
      Pour une raison que j’ignore, Disqus l’a mis en spam. Ça le fait parfois pour des messages anodins et je suis pas trop sûr de comprendre pourquoi. Je viens de l’approuver. Désolé du dérangement.

  • fffan12

    Dossier toujours aussi intéressant, informateur et surtout révélateur des difficultés rencontrées et du contexte du développement qui expliquent les frustrations que chacun peut ressentir face à certains aspects du produit final comme l’enthousiasme que peuvent susciter les réussites. Parce qu’il y a quand même des choses très réussies dans ce jeu qui ont tendance à être étouffées par les discours des plus déçus.

    • Domino Dos Santos

      Je vais remettre un peu ce que j’ai dis dans mon commentaire visiblement effacé.

      Il y a des choses très réussies, en effet, mais c’est assez triste de voir que c’est les choses les moins importantes.

      Le choix de couper au hasard dans un scénario, pour avoir du temps pour peaufiner l’emballage du jeu est très symptomatique de notre époque malheureusement. De l’apparence, de l’apparence, encore et toujours….

      Je continue à penser que le contraire aurait été bien plus judicieux. C’est à dire, virer beaucoup de choses annexes certes réussies (la course de chocobo, la bagnole, les campements, les chasses), pour se concentrer sur le fait de restituer l’épopée prévue par Nomura…. Mais bon , tant pis hein

      • MaTTh

        Non, je suis pas d’accord. Les objets annexes doivent être conservé tout comme l’épopée prévu par Nomura. Il y a encore quelques années, on avait des jeux complets, c’est aussi simple que ça. Tu imagines FF7 où finalement tu vires le Gold Saucer, ou inversement, des pans entiers de l’histoire et tu mets le focus sur l’élevage, les courses …

        Un oeuvre doit être complète et finalement, le gros gros problème de FF15 est uniquement un problème de communication, parfaitement résumé par Jeremy à la fin du très bon article :

        Dans une démarche rappelant beaucoup celle de Naoki Yoshida alors qu’il s’employait à sauver Final Fantasy XIV, Hajime Tabata inaugura dès le TGS une série d’émissions retransmises en direct sur Internet, (…) Sa priorité : communiquer directement avec les joueurs pour les rassurer sur le sérieux du projet, en n’hésitant pas à dévoiler des images tirées de versions encore en plein développement. Il s’agissait en réalité du point de départ d’une démarche participative dont Episode Duscae serait le point culminant.

        Finalement, le problème est là. Pour un game on-line, tu es obligé de fidéliser tes fans parce que mine de rien, c’est lui qui alimente le porte monnaie tous les mois. D’un certain coté, tu dois être en mesure de rassurer ton joueur et entretenir l’attente, l’engouement et ainsi répondre aux caprices de fans.

        Le problème c’est que tu ne peux appliquer cela sur un projet qui est censé sortie finie, sinon tu ouvres les vannes à du grand n’importe quoi et tu perds complètement le fil de ton oeuvre. C’est aussi simple que ça. A un moment, tu avais l’impression que nous participions à la conception du projet, mais ce n’est pas le rôle du joueur…

        L’amertume que laisse FF15 in fine vient en grande partie de cette communication désastreuse, ni plus, ni moins. Je me répète encore et encore, mais j’ai beaucoup plus d’indulgence avec un FF13 qui assume clairement ces choix sur un produit fini, certes clivant, mais au moins sincère et intègre dans sa démarche de conception !

        • Domino Dos Santos

          Je vois ce que tu veux dire, mais je pense que tu ne saisis pas totalement ce que je veux dire.

          Je pense que dans une situation d’urgence un peu fille comme celle ci, Il aurait été quand même bien plus judicieux de privilégier le scénario pour avoir un jeu complet dans son fond, quitte à rajouter de l’annexe par dlc( ce qui est pourri certes), que faire ce qu’ Ils ont fait.

          Tu vois ce que je veux dire?

          Le parti pris aurait pu être « On livre un jeu sans rien d’annexe car c’était la volonté artistique profonde de son créateur et in verra après pour les bonus »

  • MaTTh

    Travail super impressionnant et passionnant !

  • Near-n

    Je tire mon chapeau à nouveau pour cet énorme pavé de qualité qui a dû demander beaucoup de boulot.

    Concernant le sujet, la transition entre Versus XIII et FF XV est vraiment la période qui montre le plus à quel point le projet a été un bordel monstrueux tellement il y a eu de changements en peu de temps.
    Le transformation en FF XV laissait croire que les idées étaient bien en places, que la machine était lancée et qu’il y avait pas forcément de raisons de s’inquiéter. Pourtant on enchaîne le changement de PDG chez Square, le changement de chef de projet, la trilogie qui passe en un opus unique qui va engendrer un changement de scenar, la décision de faire un open world ambitieux, le lancement de Duscae, le lancement de Kingsglaive… le tout en 2,5/3 ans (vu comme ça, tu m’étonnes que Tabata était en stress).

    Là que la trilogie Lightning a été évoqué, j’ai aussi toujours pensé que le « maigre » succès de la trilogie était surement un des éléments qui a motivé Square à faire qu’un seul jeu au final.
    D’ailleurs, ça a aussi dû influencer les scénaristes à abandonner la FNC quand ils ont réécrit l’histoire et qu’ils ont dû faire le tri avec ce qu’ils devaient garder ou non. Le mythe a quand même été exploité jusqu’au bout au fil de la trilogie Lightning, donc ils ont dû vite l’abandonner pour rendre FF XV plus indépendant.

    • MaTTh

      Sauf erreur, il me semble que la trilogie Lightning était un projet complètement bidouillé après la sortie de FF13 pour « contenter » le fan déçu, et pas un projet réellement travail et muri dès le départ… contrairement à la trilogie XII – VERSUS XIII – AGITO qui avait un vrai fond, ou du moins une réelle ambition

      • Jérémie

        Il y a une autre explication assez importante quant au choix de développer un FFXIII-2, que vous pouviez lire dans la première partie ^^ : https://www.ffworld.com/2016/11/07/de-versus-xiii-a-ffxv-1re-partie-la-certitude-que-tout-irait-bien/

        « FFXIII, malgré ses chiffres de vente très satisfaisants, avait lui-même rencontré un accueil mitigé du fait de ses choix radicaux de gameplay. Son équipe de développement avait qui plus est reçu la consigne de sortir son prochain jeu dans les deux ans suivants, soit avant fin 2011, ce qui la força à adopter une solution de facilité : elle s’engagea alors dans le développement d’une suite directe, FFXIII-2, employant bien sûr le même moteur, et avec comme difficulté supplémentaire de regagner l’adhésion des joueurs. »

  • Kurome

    Je dis vraiment un grand Bravo, il y a tellement de choses que je ne savais pas que le jeu était une trilogie à la base étant que j’éviter les spoil FFXV. Quand je lis la partie 1, 2 et 3 je me dis que ce FFXV pouvait être un énorme FF. J’ai tellement pris un énorme coup de massue quand ils ont annoncé la suppression de Stella, le personnage avait tellement la classe, le combat contre Noctis avec un Fleuret et la scène de la rencontre même si il y a une scène similaire dans Kingsglaive entrre Nyx et Luna avec le thème « Somnus ». Vivement la partie 4 et Bon courage pour l’écriture.

  • Next-world

    Ton travail est impressionnant. Un vrai dossier ultra-complet. Lorsque j’avais vu depuis les premiers jours le côté chaotique cette production, je me suis dis qu’il faudrait en faire un documentaire-reportage tellement cela a dû être éprouvant et épique dans tout les sens du terme. Contrairement à un autre commentaire qui indiquait que le projet aurait dû être annulé, je pense au contraire que c’est une bonne chose qu’ils soient allés au bout de leurs démarche… Ce qui est reproché au jeu c’est le côté quête annexe… lorsque FF 13 était arrivé il y avait eu énormément de critique autour du côté linéaire du jeu. Je pense que FF 15 s’est retrouvé à être un anti-FF13 dans sa conception ce qui a pût lui porter préjudice à certains moment. D’ailleurs entendre qu’une trilogie était prévu alors que le jeu a fait rêver pendant presque 10 ans certains fans et qu’une trilogie de FF13 dont personne ne voulait a été faite, ça laisse songeur… j’espère que maintenant ils peuvent se concentrer sur le futur.

  • Sorento K

    Wow … Quel travail d’artiste qui nous est livré ici
    Un mot : impressionnant

    • Jérémie

      Pas un travail d’artiste, quand même. Les artistes, ce sont ceux qui créent ces jeux !

      • Sorento K

        Point de modestie 🙂
        Ce que tu as fait la est titanesque

  • Jonah

    Je n’aurais pas grand-chose à dire sur le jeu lui-même vu que je ne l’ai pas encore fait (oui, ça existe encore, même parmi les lecteurs de FFWorld ^^) mais évidemment ton travail de recherche et d’écriture est toujours aussi impressionnant. D’une certaine manière, ça me donne même envie d’essayer FFXV davantage que lorsque j’ignorais tous ces détails, car je me dis « purée, ils ont quand même bien morflé ». Mais finalement c’est le cas de nombreux autres jeux aussi malheureusement, quand on y pense (FFXIV le premier !).

    Vivement la quatrième partie !

    • Jérémie

      Merci ! Oui, les développeurs ont vécu un sacré calvaire. Mais les jeux qu’on dit « AAA » sont rarement enfantés dans la joie et la bonne humeur, vu les enjeux. FFXV porte forcément les stigmates de son développement hors norme, mais ça ne les a pas empêchés d’avoir quelques ambitions très intéressantes (et accomplies !) pour la version définitive, qui font que ce n’est certainement pas un jeu raté.

  • Hellow666

    Excellent dossier! 🙂
    Finalement, on comprend bien qu’FFXV a souffert lorsqu’il a fallut condenser un projet de
    3 jeux en un seul. Je pense que si FFXV avait été un projet démarré de zéro a tous les niveaux (histoire, univers, etc) plutôt que de repartir sur des fondations existantes mais peut être inadaptée a la réalisation d’un si gros projet en un temps finalement pas si long que ça, le jeu aurait peut être été mieux géré. En tout cas je n’irais pas diaboliser Tabata, je pense qu’il a fait ce qu’il a put, il s’en ait pas si mal sorti. FFXV n’est pas un mauvais jeu, mais il porte les stigmates de son développement chaotique, ce qui l’empêche d’un le grand jeu tant attendu.

  • Baralai

    Merci Jérémie pour cette troisième partie.
    Ton travail de journaliste est impressionnant.
    j’imagine meme pas le temps que cela a du te prendre pour récupérer toutes ces infos et les décortiquer.
    j’admire ton courage et ta passion.
    je ne peux que te remercier pour nous avoir offert ici, à tous, une magnifique lecture.
    tu es sans aucun doute une grande personne qui fait du grand travail.
    MERCI.

    • Jérémie

      Merci, mais attention à ne pas trop s’emballer, quand même 😉

  • YoannB

    Tout aussi intéressant que les 2 premières parties.
    Vivement la 4e, et un épilogue en 5e partie pour faire le parallèle entre les déboires pré et post sortie? 😉

  • Anima

    Je ne participe habituellement pas aux discussions, mais il fallait quand même que je marque le coup : un grand bravo à l’auteur pour ce travail extrêmement exhaustif, d’une grande qualité d’écriture, d’analyse, et par ailleurs très bien documenté. Il est rare de lire un vrai travail de journaliste de nos jours, les news « putaclic » ayant vraisemblablement pris le dessus sur toute forme de travail de fond. Alors franchement, merci d’exister dans ce monde de merde 😉

  • Baroque

    Cet article a visiblement demandé un travail exceptionnel notamment en temps.

    Après, je regrette que si de nombreux éléments pertinents ont bien été effectivement soulevés, ils sont analysés souvent sous un angle, disons malheureux, pour tirer des conclusions parfois à contre-pieds de la réalité (ex : les ventes des suites XIII correspondaient en réalité plus ou moins aux projections respectives de SE pour chaque opus, les budgets alloués en temoignent).

    Je suis d’autant plus perplexe quand il est question du développement de FFXV à proprement parlé. Certaines aspects sont au final carrément occultés alors qu’une jolie fable est notamment développée sur Tabata. C’est dommage car il y a là une grande partie des points fondamentaux pour comprendre l’échec du projet (d’un point de vue non commercial). J’espère que cela sera traité dans la dernière partie.

    Le travail que représente cet article, très plaisant à lire, reste impressionnant. Personnellement, je n’aurai pas pour des questions de temps, de talent de rédaction limité, et d’autres raisons, la possibilité de développer autant et en profondeur.

  • Kain Highwind

    Merci beaucoup à Jérémie pour son énorme travail sur cet article qui est un vrai bonheur de lire et d’enseignement sur le projet et vivement la quatrième partie que j’attends avec impatience.
    Personnellement Tabata a réussi son pari car il a gagné mon estime en reprenant ce projet chaotique laissé par Nomura et l’ancienne direction tout cela en livrant le jeu comme étant une fantaisie basée sur la réalité, un ARPG réussi avec un système de combat très fluide alors que ce n’est pas le fort de SE(coucou Platinum Games) avec des invocations très réussis qui était les promesses de départ mais bon la plus part des fans attendaient le jeu comme le messie pour sauver la licence FF et qui sont finalement déçu mais moi FF XV est une véritable réussite à cause des raisons évoquées en haut sans oublier aussi l’OST démentiel de Yoko Shimomura et sa bande.

    • Baroque

      « We didn’t want to create a comprehensive and perfectly balanced story in this game »
      Hajime Tabata,
      un exemple d’explications du monsieur à propos de son « pari réussi »
      (je mets entre parenthèses parce qu’à mon époque cette expression n’avait pas le même sens qu’aujourd’hui apparemment. J’invite à relire toute la com de Tabata quant à son ambition pour FFXV et comparer au rendu final pour voir s’il a effectivement remporté son pari de base).

      Et surtout, le chaos « laissé par Nomura », il l’a entretenu et même fortement amplifié par ses choix et priorités des plus problématiques quand il a repris le projet.
      Il faudrait arrêter de charger Nomura pour excuser Tabata… sauf si l’on est d’accord que le projet a effectivement 10 ans : dans ce cas, il y a partage de responsabilité.

  • Yann Guidon

    UN travail de fou , bravo , c’est incroyable , si la politique et la législation pouvait être aussi compréhensible et authentique…