Final Fantasy World

Spira : Yevon

Yevon est la religion unique de Spira. Contrairement aux religions que nous connaissons bien en Occident, Yevon ne prie pas de Dieu, et surtout pas Sin, malgré tout ce qu'il peut représenter. Yevon vénère plutôt les Priants, à savoir les âmes enfermées dans la pierre d'hommes et de femmes qui se sont sacrifiés pour offrir aux Invokeurs leur force. Ce sont les Priants qui permettent aux Invokeurs de faire appel aux Chimères. Il y a une dimension à la fois humaine et mystique dans cette croyance.

- Les préceptes de Yevon : Ils sont simples mais ont des applications très lourdes sur le peuple de Spira. Yevon dit que Sin est apparu pour punir les hommes de leur vanité alors qu'une guerre des machines faisait rage entre Zanarkand et Bevelle, il y a 1000 ans. Quelques instants à peine après avoir rencontré Wakka, au début du jeu, il nous fait part directement de ce que Yevon lui a appris. Ce personnage représente tout au long du jeu celui qui croit aveuglément en sa religion, sans jamais oser remettre en question un seul de ces préceptes, en tout cas jusqu'à ce que les choses commencent à se compliquer (en premier lieu, quand Seymour s'allie avec les Al Bheds). Tout Spira à l'exception des Al Bheds vit donc sans jamais utiliser aucune machine, à la simple exception de celles permettant le fonctionnement du stade de blitzball de Luca. En vivant de manière simple et en priant aussi souvent que possible, les hommes ont une chance de se racheter. Une fois que leur pêché sera réparé, Sin s'en ira et la Félicité durera éternellement.


Monseigneur Mika | Maîtres Seymour Guado et Wen Kinoc

- La hiérarchie : Au sommet de Yevon se trouve Monseigneur Mika, une sorte de pape qui est considéré et respecté par tous les croyants. Il est assisté par plusieurs Maîtres représentant chacun les différents peuples de Spira (sauf les Al Bheds) : on y trouve ainsi Wen Kinoc, Seymour Guado et Kelk Ronso. Au niveau inférieur, on trouve les prêtres, les autorités locales qui sont en charge des différents temples de Spira. Yevon possède également une branche armée. Outre les moines guerriers qui ont pour mission de protéger les biens de l'Eglise, on trouve les Bannisseurs, un groupement se situant un peu en dehors des instances de Yevon mais agissant pour la paix civile. Depuis 800 ans et la célèbre marche de Mi'ihen jusqu'à Bevelle pour défendre les bienfaits de son groupement, les Bannisseurs fonctionnent en parallèle avec Yevon.

- La place des Invokeurs : Les Invokeurs sont un peu en dehors de la hiérarchie yévonite. Ces hommes et ces femmes ont décidé de se sacrifier pour détruire Sin et ainsi laisser au reste de Spira un court temps de répit nommé Félicité. Le premier Invokeur a faire don de sa vie pour anéantir temporairement Sin fut Yunalesca, il y a 1000 ans. Depuis, des dizaines d'Invokeurs se sont succédés sur les routes de Spira pour accomplir leur pèlerinage, mais bien peu ont finalement atteint Zanarkand pour y obtenir l'Ultime Chimère, union de toutes les autres, la seule capable de détruire Sin. Il s'agit alors d'un sacrifice : l'Invokeur meurt en même temps que Sin.


Maître Kelk Ronso | L'Invokeur Isaaru devant la statue de Braska

- Les traditions : Comme toute religion, Yevon a des traditions que les fidèles respectent. En dehors des préceptes qui veulent que les machines soient bannies, il y a diverses pratiques comme par exemple le signe de prière, que Wakka tente d'apprendre à Tidus lors de son arrivée à Besaid. Cette prière est en réalité l'ancien signe de victoire des équipes de blitzball, il y a 1000 ans. Une autre tradition est la chanson que l'on entend dans chaque temple, l'Hymne des Priants. Ce chant résonne dans chaque chambre du priant : c'est ce dernier lui-même qui le chante. Comme pour la prière, l'Hymne des Priants a une origine qui n'a rien à voir avec le visage actuel de Yevon. Il y a 1000 ans, les guerriers de Bevelle gravirent le Mont Gagazet et virent le spectacle terrible de Zanarkand réduite à néant. Au sommet de la montagne, ils entendirent un chant résonner : celui des Priants rassemblés par Yu Yevon. Il s'agissait de l'Hymne des Priants. A l'origine, c'était un chant de Zanarkand contre Bevelle. Les opposants à Bevelle et Yevon commencèrent donc à utiliser l'hymne comme une arme contre l'Eglise. Au départ, Bevelle interdit ce chant. Mais finalement, étant donné que les opposants continuaient à s'en servir, les hautes instances de Yevon inventèrent une nouvelle histoire expliquant que l'hymne servait à apaiser les âmes des défunts. Finalement, Yevon s'appropria le chant et étouffa purement et simplement toute trace de résistance à ses préceptes.

En guise d'information, les paroles de l'Hymne des Priants ont un sens caché qui en dit long sur la réalité de Yevon. Si les paroles normales n'ont pas de sens (Ieyui Nobomeno Renmiri Yojuyogo Hasatekanae Kutamae), on peut néanmoins retrouver le texte original en japonais en procédant à un jeu de découpage et recollage (imaginé par le scénariste Kazushige Nojima), donnant : Inore yo Ebon-ju / yumemi yo inori go / hatenaku / sakae tamae, ce qui se traduit par : Prie, Yu Yevon / rêve, priant / que notre prospérité soit éternelle. Concrètement, il s'agit d'un chant qui soutient l'éternité de Yu Yevon.


Wakka effectue le signe de prière | Yuna procède à la cérémonie d'accompagnement

- La place des défunts : S'ils sont chargés de détruire Sin, les Invokeurs jouent également un rôle important lors des cérémonies funestes. Ils procèdent alors à une danse rituelle nommée cérémonie d'accompagnement, au cours de laquelle ils guident les âmes des défunts vers l'Au-delà, où ils peuvent reposer en paix pour l'éternité. Si les âmes ne rejoignent pas l'Au-delà, elles peuvent se transformer, au fil du temps, en monstres. L'Au-delà, qui est accessible depuis Guadosalam, est un lieu de passage pour les fidèles de Yevon. Ils peuvent en effet y voir leurs proches défunts et ainsi communier avec eux. Ce phénomène est expliqué d'une manière différente par les Al Bheds. Sur Spira, il est possible de continuer à vivre après sa mort sous la forme d'un errant. Cela fait partie du cycle morbide qui anime cet univers, même si les préceptes de Yevon font de la cérémonie d'accompagnement un passage obligé.

Communauté : FFWorld.org

Jeudi 24 juillet 2014